lundi 24 avril 2017
Questions à...
Dans une interview accordée à infos-dijon, la présidente de la Région Bourgogne - Franche-Comté donne sa vision de la future métropole dijonnaise et relève notamment, «il n’y a surtout pas un problème de concurrence entre la région et la future métropole».
> Ecouter, lire, voir > Ecouter, lire, voir

DIJON : Un an pour découvrir l'expo du CHU, «Les soins à Dijon pendant la guerre de 1914-1918»

27/01/2017 16:57Imprimer l’article
Cette exposition, la sixième du cycle initié en 2012 par l’établissement dans le cadre de sa politique patrimoniale, permet, à travers des objets d'époque et des parcours de blessés hospitalisés, de mieux connaître cette période de la vie hospitalière dijonnaise.
Des photos de l'hôpital mixte (civils et militaires), un appareil de radiologie centenaire, des prothèses de bras et de jambes d'époque, mais aussi les parcours reconstitués et racontés, à la première personne, de personnes hospitalisées à Dijon durant la première guerre mondiale…  C'est tout ça, et d'autres choses encore, que donne à découvrir la nouvelle exposition du CHU, disposée dans le hall A.
Une exposition qui mêle médecine et histoire locale avec rigueur et humanité, et qui sera visible durant un an, jusqu'au 28 janvier 2018. Pour Florent Cavelier, secrétaire général du CHU, qui a pris le micro ce jeudi soir pour le vernissage, ces expositions ont pour but de «valoriser les huit siècles d'activités de notre hôpital». Revenant sur l'Histoire avec un grand H, il rappelait que «l'année 1917 a été un tournant dans la guerre, avec entre autres la reprise de la guerre de mouvement, mais aussi la révolution russe», dont le centenaire cette année est «l'occasion de mettre un zoom sur l'organisation sanitaire en Bourgogne».
«Notre région a largement contribué à l'effort de guerre» rappelait-il, mentionnant notamment l'activité de l'industrie de l'armement avec les usines Schneider du Creusot. «Mais il fallait également réparer les dégâts, et l'on peut voir avec cette exposition les prouesses exceptionnelles qui ont été réalisées par le personnel de l'hôpital, qui constituent l'affirmation du pouvoir de la vie dans l'enfer de la guerre».

Parcours de blessés


La visite de l'expo se fait en deux temps, comme l'explique Adeline Rivière, en charge des collections patrimoniales du CHU : «on trouve d'abord cinq vitrines contextuelles, qui permettent de se placer dans le contexte». La notion d'hôpital mixte et ce qu'elle engendre, Dijon et la guerre, mais aussi les hôpitaux temporaires établis au lycée Carnot et à l'école Saint-François de Sales… Les différents tableaux proposés offrent un regard inédit sur la ville pendant la guerre.
«La deuxième partie de l'exposition suit les histoires de différentes personnes, racontées à travers leurs présences dans les archives de l'hôpital» poursuit-elle. Ainsi, on peut découvrir Pierre, un Côte-d'Orien blessé par un éclat d'obus, et qui a dû passer par la radiologie et la chirurgie.
On peut également découvrir ce qu'étaient les moyens du service d'ophtalmologie entre autres, avec des prothèses d'yeux d'époque, mais aussi comment la guerre a été à l'origine de grands progrès en orthopédie, avec la création de prothèses pour les amputés.

Issues des archives du CHU, avec parfois du matériel retrouvé dans les tiroirs de l'apothicairerie de l'hôpital général, mais aussi de collections particulières, et d'échanges avec le musée de la vie bourguignonne ou du musée municipal de la ville de Seurre, cette exposition, répartie en onze vitrines, est un bijou pour les amateurs de médecine, de sciences en général et d'histoire.
Nicolas Richoffer

Exposition gratuite ouverte tous les jours, accès libre : 27 janvier 2017 – 28 janvier 2018 /
Hôpital F. Mitterrand, Hall A, Rez-de-chaussée
Visite de groupes sur autorisation uniquement :
demande à transmettre par mail (communication@chu-dijon.fr)
ou par courrier (Direction de la Communication - CHU Dijon Bourgogne - 1, boulevard Jeanne d’Arc - BP 77908 - 21 079 Dijon Cedex)





















Ce «vélocimane», classé au patrimoine historique, permettant aux amputés des jambes de faire du vélo, est à découvrir grandeur nature au Musée de la Vie Bourguignonne à Dijon.