mardi 21 novembre 2017
Questions à...
Un an après son élection, le premier secrétaire de la section PS de Dijon revient sur l'année écoulée et parle de l'avenir dans une longue interview accordée à Infos-Dijon : l'échec du PS aux élections présidentielles et législatives, le processus de refondation du parti, la concurrence de La France Insoumise, la politique de La République en Marche, ou encore la mairie de Dijon… Tous les sujets sont abordés, sans langue de bois.
> Ecouter, lire, voir > Ecouter, lire, voir

TALANT : L'eau dans l'objectif de Ludovic Charron, du 12 au 24 septembre

12/09/2017 10:25Imprimer l’article
Ce photographe dijonnais expose pour la neuvième fois. Il a cette fois-ci choisi le thème de l'eau pour explorer les mouvements, les reflets et les couleurs de cette matière translucide. A voir.
C'est une opposition de styles entre des images presque monochromes et d'autres qui explosent en couleurs.
L'eau, figée par des moyens parfois conséquents (studio et flash électronique) forme des arabesques abstraites. Chacun cherchera son interprétation personnelle… Certains y trouvent des monstres préhistoriques, d'autres des chouettes ou des oursons.

La présentation de l'expo par Annick Alexandre et Jean-Louis Enet :


Cette nouvelle exposition de Ludovic Charron aurait pu s'intituler «Arrêt sur image de l'eau… en mouvement», et peut-être même «en folie». A cela près que les clichés présentés invitent à tout sauf au décryptage savant et qu'ils offrent un univers où la figuration étreint l'abstraction pour créer de l'émotion à l'état pur. A chacune et chacun d'y trouver les raisons de son bonheur.

Fusion inouïe, fascinante où tout se mèle, formes, couleurs dans une magie du moment qui vous emmène ailleurs avant de vous reconduire au fil du regard. Larguez les amarres, laissez-vous emporter par cette fluidité latente que Ludovic immobilise un instant, lui seul sachant pourquoi et comment. Pour lui, pour vous, il s'aventure dans l'imaginaire de l'eau.

L'eau, le plus précieux des biens vivants, sublime quand elle se révèle sous le regard de ludovic. L'humain dans sa dimension esthétique, variable, mais qui, pour être parfois tout, n'est jamais rien. C'est selon qui et comment on en traite. Le produit d'une création exigeante hors des sentiers battus de la facilité. La clé de ces clichés n'en est pas moins à la portée de tous.

De formidables tableaux de vie où l'eau jaillit, impérieuse, s'écoule majestueuse, ou danse malicieuse sous la lumière, dans une palette de teintes improbables à faire pâlir le plus subtil des arcs-en-ciels. Ces jeux de couleurs, inconnus à l'œil nu, n'appartiennent qu'à l'objectif du photographe. Ludovic nous les restitue en partage comme la résolution d'une énigme.

L'écoulement du temps, vivifiant, est rendu palpable par une fragmentation «invisible». Il est matérialisé, révélé par le truchement de l'appareil et le savoir faire de l'artiste. Photographie d'abord, mais la peinture n'est jamais loin. A moins que ce ne soit la sculpture rui rende justice de cet ordre «naturel» qui n'existe que par la main de l'Homme, ici l'art de Ludovic Charron.

L'auteur :


Natif de l'Aube, Ludovic Charron est «tombé» dans la photographie très jeune et plus exactement dans le photojournalisme. «Je n'avais que 14 ans quand ma première photo fut publiée dans la presse quotidienne régionale».
Précoce, donc, il a poursuivi une carrière de photographe de presse, métier qu'il existe toujours, à 59 ans révolus, «avec le même plaisir, la même envie» de saisir ce qui fait le quotidien de la vie de ses contemporains. Un photographe de la ville, de ses secrets, de son environnement.

«Eau», du 12 au 24 septembre 2017

Le Grenier
5, rue Notre-dame à Talant

14h - 17h du mardi au jeudi
15h - 17h le vendredi
14h - 18h les samedis et dimanches