mercredi 20 mars 2019
Avec notre vidéo de la manifestation.
Youth for climate Dijon a réussi à mobiliser environ 2000 lycéens et étudiants dijonnais à l'occasion de la grève et marche pour le climat ce 15 mars, suite à l'appel de Greta Thunberg.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Faits-Divers > Ailleurs

BOURGOGNE : Un trafic d’armes et de stupéfiants démantelé en Saône-et-Loire par les gendarmes

22/06/2017 18:36Imprimer l’article
Les investigations ont été menées par la section de recherches de Dijon et le groupement de gendarmerie départementale de la Saône-et-Loire. Une vaste opération a mobilisé plus de 150 gendarmes mardi matin.
Communiqué de la Région de Gendarmerie de Bourgogne-Franche-Comté :

Depuis 2016, un trafic d’armes et de stupéfiants, organisé par des malfaiteurs de la région de Louhans (71), fait l’objet d’investigations des enquêteurs de la section de recherches de Dijon et du groupement de gendarmerie départementale de Saône et Loire. Une vaste opération d’interpellation est déclenchée le 20 juin 2017.

Cette vaste opération de police judiciaire a mobilisé plus de 150 gendarmes mardi matin en Saône et Loire, dans le Jura et dans la Loire. Elle fait suite à une longue enquête, diligentée par les gendarmes de la section de recherches de Dijon et du groupement de gendarmerie de Saône et Loire, en particulier ceux de la compagnie de Louhans, portant sur un trafic d’armes et de stupéfiants dont l’épicentre se trouvait dans la Bresse. Après plusieurs mois d’enquête, une information avait été ouverte au début de l’année 2017 au tribunal de grande instance de Chalon-sur-Saône pour trafic d’armes et trafic de stupéfiants en bande organisée.

D’importants moyens ont été engagés dans le cadre de cette opération, notamment l’antenne GIGN de Dijon et l’hélicoptère de la section aérienne de gendarmerie de Dijon-Longvic.

Vingt deux personnes ont été placées en garde à vue. Les perquisitions ont été diligentées avec l’aide de chiens spécialisés dans la recherche d’armes, de stupéfiants et de billets de banques, ainsi que de plongeurs de la gendarmerie. Les enquêteurs ont également reçu le renfort de spécialistes des armes dépêchés par l’Institut de Recherches Criminelles de la Gendarmerie (IRCGN), qui a également engagé des équipements particuliers pour la recherche de caches.

Les perquisitions permettent la découverte de plus d’une cinquantaine d’armes, dont le traçage est en cours avec l’appui de spécialistes de l’IRCGN. Plusieurs milliers de munitions sont saisies. De la cocaïne et du cannabis sont également découverts. Plusieurs personnes devraient être écrouées à l’issue de cette opération qui a permis de démanteler l’ensemble de la filière et de mettre fin au trafic.

Le général Olivier KIM, commandant la région de gendarmerie de Bourgogne-Franche-Comté et le groupement de gendarmerie départementale de la Côte d’Or a félicité l’ensemble des enquêteur spécialisés de la section de recherches de Dijon et des unités du groupement de gendarmerie de la Saône-et-Loire en leur indiquant : « vous avez rempli le premier objectif que je vous ai fixé à savoir combattre tous les trafics notamment le trafic de stupéfiants qui est un fléau pour la santé publique ». 
?>