mercredi 23 janvier 2019
Les forces de l'ordre ont donné l'assaut immédiatement après cette avancée spectaculaire des Gilets Jaunes, ce samedi en fin d'après-midi lors de l'acte X, après une manifestation massive dans le centre ville. Nos reportages vidéo.
Questions à...
L’avocat du barreau de Dijon représente une association qui s’est portée partie civile dans l’affaire dite du boxeur. Il revient pour Infos-Dijon sur la première audience, à laquelle il a participé, sur le coté politique et médiatique de l’affaire, mais aussi sur le duel de cagnottes et sur «l’attaque» de la gendarmerie de Dijon. Interview (+vidéo).
> Faits-Divers > En Côte-d'Or

COTE-D’OR : Un étudiant de l’Esirem est décédé des suites d’un choc subi lors d’un match de rugby

07/01/2019 20:54Imprimer l’article
Nathan Soyeux avait 23 ans. Il était hospitalisé depuis le 24 novembre, jour du match, mais son état de santé ne s’était pas amélioré.
L’Esirem, l'école supérieure d'ingénieurs de recherche en matériaux et infotronique de Dijon, est en deuil. Nathan Soyeux, un de ses étudiants de 5e année, est décédé ce dimanche 6 janvier des suites d’un choc reçu lors d’un plaquage le 24 novembre dernier, au cours d’un match de rugby lors d’un tournoi inter-écoles.
«Non, il n’était pas joueur de rugby professionnel, non il ne jouait pas dans un grand club mais aujourd’hui, après s’être battu pendant plus de 40 jours dont 10 dans le coma, un choc reçu lors d’un match de rugby à eu raison de lui. Il s’appelait Nathan, 23 ans et jouait simplement avec son école d’ingénieur à Dijon. Quelle tristesse, quel bouleversement de voir des personnes que l’on connaissait partir si jeune, à cause de notre sport, que l’on aime tant mais que nous sommes emmenés à détester» a publié sur Facebook Quentin Sfez, lui-même arbitre de rugby (à lire en intégralité en cliquant ici).

L’Esirem a partagé le post et sobrement commenté «Au revoir et merci Nathan ! L'ESIREM apporte tout son soutien à la famille et aux proches de Nathan. La famille de l'ESIREM est endeuillée».
Comme l’ajoute Quentin Sfez, «en moins d’un an, c’est le quatrième joueur qui est victime du rugby». Et le débat, déjà très fourni dans le monde de l’ovalie, va continuer. Faut-il abaisser la ligne de plaquage comme le proposent certains ? Car, il faut le rappeler, le plaquage dont a été victime Nathan était régulier. Le jeune homme, originaire de Chaumont, n’avait pas immédiatement perdu connaissance. C’est assis, au bord du terrain, qu’il s’est senti mal.
Infos-Dijon présente à sa famille, à ses amis et à l’Esirem ses sincères condoléances.
N.R.

La photo de Nathan postée par Quentin Sfez :

 
?>