mardi 19 février 2019
La manifestation de ce 09 février, qui s’était bien déroulée jusque-là, a dégénéré en fin d’après-midi place de la Libération quand la police municipale et des agents de la SIG ont fait usage d’une lance à eau de laveuse pour repousser les manifestants massés contre la grille.
Questions à...
L’avocat du barreau de Dijon représente une association qui s’est portée partie civile dans l’affaire dite du boxeur. Il revient pour Infos-Dijon sur la première audience, à laquelle il a participé, sur le coté politique et médiatique de l’affaire, mais aussi sur le duel de cagnottes et sur «l’attaque» de la gendarmerie de Dijon. Interview (+vidéo).
> Faits-Divers > En Côte-d'Or

DIJON : En gare SNCF, une rupture de caténaires entraîne la coupure de l’alimentation électrique

12/02/2019 19:05Imprimer l’article
L’incident a provoqué des retards sur une vingtaine de trains ce mardi en fin de journée.
Le flux de voyageurs est important aux heures «de pointe» en gare de Dijon Ville, mais ce mardi en fin d’après-midi, c’étaient plutôt de grands rassemblements auxquels on pouvait assister devant les panneaux des arrivées et surtout ceux des départs.
A 16h15, la rupture de caténaires entre la voie D et la voie H ont entraîné une coupure de l’alimentation électrique des voies. Les caténaires de 25 000 volts s’étant retrouvées au sol et provoquant des risques pour la sécurité des voyageurs, il a en effet fallu couper l’alimentation électrique pour l’ensemble de la gare. Les réparations ont été effectuées jusqu’à 17 heures et la reprise du trafic ferroviaire s’est faite en «entonnoir».
En comptant les trains prêts à partir au moment de la rupture, mais aussi les trains arrivant et devant repartir, ainsi que ceux en gare attendant le départ de certains pour prendre place sur les voies, «ça a impacté une vingtaine de trains, avec des retards en moyenne d’1h à 1h15», nous a indiqué la communication de la SNCF en gare de Dijon Ville. Notons que quelques trains au départ affichaient un retard d’1h30, et que d’autres ont dû être supprimés (celui de 17h40 à destination de Besançon Viotte par exemple).
Afin de répondre par conséquent aux nombreuses interrogations ponctuelles des voyageurs, une vingtaine d’agents volontaires, de différents services, s’est mobilisée au sein même de la gare. Des itinéraires de substitution étaient aussi annoncés au micro concernant certains trajets.
Après 18 heures, les retards dans les départs se rapprochaient plus de la demi-heure que de l’heure.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier










 
?>