jeudi 21 mars 2019
Avec notre vidéo de la manifestation.
Youth for climate Dijon a réussi à mobiliser environ 2000 lycéens et étudiants dijonnais à l'occasion de la grève et marche pour le climat ce 15 mars, suite à l'appel de Greta Thunberg.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Faits-Divers > En Côte-d'Or

DIJON : Quatre gardes à vues prolongées en lien avec les violences devant la gendarmerie

16/01/2019 18:02Imprimer l’article
En marge de la manifestation des gilets jaunes du samedi 5 janvier à Dijon, des incidents s’étaient produits aux abords de la caserne Deflandre. Quatre homme sont actuellement entendus par les enquêteurs.
En marge de la manifestation des gilets jaunes du samedi 5 janvier à Dijon, des incidents s’étaient produits aux abords de la caserne Deflandre. Quatre homme sont actuellement entendus par les enquêteurs.

Quatre personnes, quatre hommes, ont été interpellé ce mercredi matin et placés en garde-à-vue, après que l’enquête menée par la section de recherche de la gendarmerie de Dijon a permis de les identifier comme ayant participé aux affrontements qui s’étaient produits le 5 janvier en marge de a manifestation des Gilets Jaunes.  
«Une enquête de flagrance avait été ouverte pour violences aggravées, en particulier comme commises sur des militaires de la gendarmerie, personnes dépositaires de l’autorité publique, pour dégradations et pour introduction frauduleuse sur terrain militaire» précise le procureur de la République. Tous ne sont donc pas impliqués pour les mêmes faits.

Cette enquête avait immédiatement été confiée à la brigade et à la section de recherches de gendarmerie de Dijon et a fait l’objet d’une prolongation par décision du procureur de la République de Dijon. «Elle a permis l’interpellation, au début de la matinée du 16 janvier 2019, de 4 hommes qui ont été placés en garde à vue pour violences aggravées et, pour certains d’entre eux, introduction frauduleuse sur terrain militaire et dégradations aggravées». Ces 4 gardes à vues vont faire l’objet d’une prolongation.

Photo archive N.R.

 
?>