lundi 09 décembre 2019
L'événement «Clos et château scintillants» propose de nombreuses animations les 15 et 22 décembre à Vougeot. Au programme : visites guidées théâtralisées au rythme des contes de Noël de Bourgogne-Franche-Comté, des démonstrations et bien sûr des dégustations gourmandes.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Faits-Divers > En Côte-d'Or

IS-SUR-TILLE : Un présumé infanticide par empoisonnement

04/12/2019 17:40Imprimer l’article
Le procureur de la République de Dijon informe à propos d'une affaire délicate où une fillette de six ans est décédée le 25 novembre. Une information judiciaire est ouverte à l'encontre de la mère de famille. Il pourrait s'agir d'un empoisonnement à l'insuline.
Communiqué du procureur de la République du 4 décembre 2019 :

Le 25 novembre 2019 vers 10h10, une jeune fille de 9 ans donnait téléphoniquement l’alerte en signalant que sa mère et sa jeune sœur étaient inconsciente s à leur domicile d’IS SUR TILLE.

Les secours intervenaient immédiatement, les trois personnes étaient transportées à l’hôpital et une enquête de gendarmerie était ouverte et confiée à la brigade des recherches d’IS SUR TILLE.

L’enquête permettait de rassembler des éléments laissant présumer que la mère de famille, âgée de 38 ans avait volontairement injecté de l’insuline à ses filles avec une seringue hypodermique, avant de faire la même chose sur elle-même.

Le 29 novembre 2019, la plus jeune enfant, âgée de 6 ans, décédait à l’hôpital des suites de l’injection qu’elle avait subie, selon les premiers éléments de l’enquête. La mère ne pouvait être entendue dans le cadre de l’enquête, en raison de son état de santé et des médicaments qui lui étaient administrés.  Elle fait en outre l’objet d’une hospitalisation sous contrainte.



La jeune enfant de 9 ans est hors de danger médical. Un juge des enfants a été saisi par le parquet de DIJON en raison de sa situation et pour décider des mesures à prendre la concernant. Ce jour, le parquet de Dijon a ouvert une information judiciaire à l’encontre de la mère de famille, des chefs d’empoisonnement sur mineures de 15 ans. La peine maximale encourue est la réclusion criminelle à perpétuité.

L’enquête va se continuer sous l’autorité du magistrat instructeur. En l’état, il convient de rester prudent sur les circonstances de ces faits. Il semblerait qu’il puisse s’agir d’un drame familial, la mère ayant voulu donner la mort à ses enfants, avant de tenter de se suicider.

Eric Mathais, procureur de la République.