lundi 09 décembre 2019
L'événement «Clos et château scintillants» propose de nombreuses animations les 15 et 22 décembre à Vougeot. Au programme : visites guidées théâtralisées au rythme des contes de Noël de Bourgogne-Franche-Comté, des démonstrations et bien sûr des dégustations gourmandes.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Faits-Divers > En Côte-d'Or

SEMUR-EN-AUXOIS : Une mise en examen pour meurtre

04/12/2019 18:40Imprimer l’article
«Les investigations actives, multiples et détaillées» des gendarmes de Montbard ont semble-t-il permis d'élucider un meurtre remontant à avril 2018 comme en informe le procureur de la République de Dijon.
Communiqué du procureur de la République du 4 décembre 2019 :

Le  21  avril  2018,  la  gendarmerie était informée de la disparition inquiétante de madame Danielle BEAUNE, âgée de 78 ans et demeurant à Semur en Auxois.

En dépit des très importants moyens engagés pour sa recherche en particulier par la compagnie de Montbard : dizaines  de  gendarmes, renforcés par un hélicoptère et des équipes cynophiles, elle ne pouvait être retrouvée dans un premier temps.

Une enquête pour disparition inquiétante était ouverte par le parquet de Dijon et confiée à la brigade des recherches de Montbard.

Des ossements étaient découverts le 19 décembre 2018 dans la carrière de Marmagne, à plus de 20 kilomètres du lieu de vie de la disparue. Les analyses permettaient d’identifier le corps de madame BEAUNE, qui présentait des stigmates incompatibles avec une simple chute.

Le 7 août 2019, une information judiciaire était ouverte par le parquet de Dijon pour homicide volontaire. L’enquête  se  poursuivait sur commission rogatoire du juge d’instruction. La section de recherches de Dijon était co-saisie, avec la brigade des recherches de Montbard.



Les  gendarmes ont consacré beaucoup de temps et de moyens à cette enquête. Les investigations actives, multiples et détaillées et en particulier de nombreux recoupements, ont permis de mettre en cause un homme âgé de 58 ans, demeurant à Genay, connaissance de la victime, qui avait semble-t-il profité à plusieurs reprises de ses subsides.

Il était placé en garde à vue le 2 décembre 2019 par les enquêteurs de la section de recherches de Dijon. Il a admis, au  cours de sa garde à vue, avoir véhiculé la victime jusqu’à la carrière et être responsable de sa mort. Mis en examen pour homicide volontaire, il a été placé sous mandat de dépôt et écroué.

Eric Mathais, procureur de la République.