jeudi 23 mai 2019
Les neuf artistes annoncés présentés par neuf clips.
Questions à...
L'adjointe à la culture sera aux premières loges vendredi pour l'inauguration et la réouverture du Musée des Beaux Arts de Dijon. Un moment qu'elle attend avec «fébrilité, impatience et curiosité».
> Faits-Divers > En Côte-d'Or

TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE DIJON : Une grossière falsification de chèque lui vaut 4 mois de prison ferme

13/05/2019 14:02Imprimer l’article
CHRONIQUE : L’histoire s’est déroulée lors des vendanges 2017 à Meursault.
L’histoire est aussi triste qu’elle est simple. Elle fut jugée ce mardi 7 mai par la 4e chambre correctionnelle collégiale en l’absence du prévenu. En août 2017, Jim X., 28 ans, fait les vendanges sur un domaine situé à Meursault. Jim se trouve alors un peu loin de chez lui et dort sur place dans sa camionnette, mais il ne reste finalement que 3 jours. «Il nous a dit qu’il ne supportait pas d’être éloigné de son épouse» explique le représentant du domaine au tribunal.

Un «1» devant 212 euros et un «mille» sur la ligne en lettres


On établit donc un chèque de 212,43 euros à l’ordre de Jim en rémunération du travail effectué. En septembre il manque 1000 euros au compte du domaine : Jim avait rajouté un «1» devant 212 euros et un «mille» sur la ligne en lettres, et avait encaissé le chèque ainsi falsifié. «Je trouve bizarre que la banque ait pu l’encaisser tant c’était grossièrement fait», remarque la victime. De fait, Jim lui-même fut étonné que ça soit passé. Il avait besoin d’argent.

Il s’était «remis aux jeux en ligne et aux jeux à gratter»


Exploitant forestier, il dit se sortir un SMIC à l’année. Sa femme perçoit le RSA. En 2017, il s’était «remis aux jeux en ligne et aux jeux à gratter». Ben oui, espoir d’un gain, d’une sorte de miracle, d’une subite abondance au lieu de compter et tirer sans cesse. Au lieu de ça il creuse un découvert. En août-septembre il doit régler le centre de loisirs pour son fils et le poêle à bois, «j’ai pété un plomb, je ne savais plus comment payer».

5 mentions pour deux conduites sans assurance, deux vols et un outrage


Depuis le moment où il a été entendu, Jim X n’a pas indemnisé la victime ni tenté de commencer à rembourser. Résultat, vu son casier (5 mentions pour deux conduites sans assurance, deux vols et un outrage) et vu qu’il «n’a pas daigné se présenter à l’audience», le parquet requiert 4 mois de prison ferme.
Le tribunal le condamne à 4 mois de prison ferme et à indemniser la partie civile de ses 1000 euros de préjudice.

Florence Saint-Arroman