mardi 19 novembre 2019
L'ESTP Paris vient d'installer un campus à Dijon pour ses étudiants en travaux publics à l'occasion de la rentrée de septembre 2019. L'aménagement des locaux dans l'ancien bâtiment de la CPAM du quartier des Grésilles a été inauguré ce mardi.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> France > France

EDUCATION : Cinq organisations syndicales demandent de ne pas voter en l'état la loi Blanquer

19/02/2019 16:53Imprimer l’article
Les organisations syndicales FSU, UNSA Education,  Sgen-CFDT, Ferc-CGT et SNALC estiment que la loi dite «Pour une école de la confiance» «bouleverserait le fonctionnement du système éducatif sans faire la preuve de progrès».
Communiqué commun des organisations syndicales FSU, UNSA Education,  Sgen-CFDT, Ferc-CGT et SNALC :

Loi Blanquer : cinq organisations syndicales (FSU, UNSA Education,  Sgen-CFDT, Ferc-CGT et SNALC) demandent aux députés de ne pas la voter en l'état

Alors qu'il devait s'articuler autour de l'obligation d'instruction ramenée à 3 ans, le projet de loi dit Blanquer "Pour une école de la confiance" est devenu, au fur et à mesure de ses évolutions, un texte qui bouleverserait  le fonctionnement  du système éducatif sans faire la preuve de progrès :

- Création d'établissements publics des savoirs fondamentaux sans accord des communautés éducatives,
- réforme de la formation des enseignants,
- fin de l'évaluation indépendante des politiques éducatives,


- cadeaux financiers pour l'école privée.

Ce projet de loi s'est même affranchi de discussions préalables de par les nombreux amendements intégrés, tant parlementaires que gouvernementaux.
Il prépare d'autres réformes profondes pouvant être décidées par ordonnances ou textes réglementaires.

L'ensemble des organisations syndicales FSU, UNSA Education,  Sgen-CFDT, Ferc-CGT et SNALC dénonce cette méthode verticale ne pouvant que cristalliser les tensions, et à nouveau bousculer l'Ecole dans un contexte qui nécessite apaisement et implication de  l'ensemble des acteurs.

En conséquence, elles s'adressent solennellement aux députés et leur demandent de ne pas voter cette loi en l'état.