lundi 10 décembre 2018
Questions à...
Le préfet de Côte-d'Or et de Bourgogne-Franche-Comté, Bernard Schmeltz, a réagi ce samedi pour Infos-Dijon.
> France > France

GILETS JAUNES : «Il faut mettre en place un moratoire sur les taxes» plaide François Rebsamen

03/12/2018 19:46Imprimer l’article
Le maire de Dijon, qui donnait ce lundi soir une réunion publique pour échanger autour du budget de la ville, a commencé son allocution en parlant des violences commises à Dijon lors du troisième samedi de mobilisation des Gilets Jaunes.
Il n'était pas là pour ça, mais l'actualité s'impose parfois - souvent - dans l'agenda des politiques. Ainsi, le maire de Dijon, qui donnait ce lundi soir une réunion publique salle Devosge, la première d'une série de trois, sur le thème du budget 2019 de la ville, a commencé son allocution par un mot au sujet de la crise que connaît le pays avec le mouvement des Gilets Jaunes.

«On a un soucis avec les Gilets Jaunes, enfin pas avec les Gilets Jaunes eux-même mais avec ceux qui profitent de ce mouvement pour s'attaquer aux édifices publics et aux symboles de l'Etat» a-t-il lancé pour débuter, rappelant à l'auditoire que des tentatives d'incendie ont été commises ce samedi à Dijon sur la préfecture et sur la mairie.

«J'ai demandé la fermeté»


«J'ai demandé la fermeté pour ceux qui ont été arrêtés, et qui profitent de ces mouvements. J'en profite pour remercier les services de la Ville qui ont travaillé toute la nuit, mais aussi la police, les pompiers, etc. Je n'ose imaginer ce qui serait arrivé si la porte avait cédé, avec des gens terrorisés à l'intérieur» précisait-il, faisant notamment référence au feu allumé contre la porte du Palais des Ducs, coté square des Ducs.

«Je ne veux pas que ça recommence. Pour ça, le gouvernement doit réagir et mettre en place un moratoire sur les taxes.
La justice sociale, c'est d'abord la justice fiscale. Il faut que ceux qui ont le plus contribuent le plus, mais le gouvernement semble avoir du mal à le comprendre. Il faut donc un moratoire pour en discuter. Sinon, je ne sais pas comment ça va finir…»
N.R.
Photo Nicolas Richoffer


 
?>