samedi 29 avril 2017
Questions à...
Dans une interview accordée à infos-dijon, la présidente de la Région Bourgogne - Franche-Comté donne sa vision de la future métropole dijonnaise et relève notamment, «il n’y a surtout pas un problème de concurrence entre la région et la future métropole».
> Grand Dijon > Grand Dijon

ECOLE DE GENDARMERIE : Qui était André Decamme, dont la première promotion porte le nom ?

16/04/2017 12:26Imprimer l’article
Sa famille a rencontré le le Ministre de l'Intérieur, Matthias Fekl, lors de la venue de ce dernier à la cérémonie de sortie de la première promotion de l'école de gendarmerie de Dijon.
La cérémonie de sortie de la première promotion de l'école de gendarmerie de Dijon, ce jeudi, a notamment été marquée par le long et émouvant récit de la fin héroïque d'André Decamme, gendarme et FFI dont la première promotion a choisi de porter le nom.
Sa fille, Annick Becquerelle, entourée de sa famille, a pu échanger avec le ministre. «Respect et dévotion» leur a-t-il adressé après la cérémonie. Quelle est l'histoire d'André Decamme, gendarme et FFI, assassiné en mission par des soldats allemands le 21 août 1944 à Recey-sur-Ource ?
Ce jour-là, une opération de représailles par les Allemands était en cours à Recey après qu'un véhicule leur ait été volé par les FFI locaux. André Decamme, chargé de transmettre des messages, arrive au village et, malgré les mises en garde d'habitants, décide de continuer courageusement sa mission. Les soldats allemands l'aperçoivent et tentent de l'intercepter mais André Decamme n'obtempère pas et est blessé d'une balle dans la cuisse en tentant de fuir. Des habitants tentent de lui porter secours mais les Allemands les rejoignent et exécutent le jeune gendarme FFI de 21 ans d'une balle dans la tête.
Avant de mourir, André aura le temps d'avaler le message dont il avait la charge, tout en se tournant vers ceux qui tentaient de le sauver : «j'ai avalé le message, ils ne l'auront pas» aurait-il déclaré quelques secondes avant sa mort.
C'est pour cet engagement et ce sens du sacrifice qu'André Decamme a été choisi par la première promotion de l'école de gendarmerie de Dijon pour être son parrain.
«Il avait 21 ans, il les aura à jamais» a déclaré Matthias Fekl lors de la cérémonie, adressant la «reconnaissance éternelle» de la France à sa famille, présente à la cérémonie. «Mon souhait le plus cher est que vous n'ayez jamais à connaître un tel sort» lançait le ministre de l'Intérieur aux nouveaux gendarmes, leur adressant toute sa confiance : «je sais que vous serez toujours dignes de son sacrifice. Conduisez vos missions avec le même courage, c'est votre meilleur guide».
N.R.

Cliquez ici pour lire notre reportage sur la cérémonie