mardi 23 octobre 2018
A cette occasion, de septembre à décembre, de nombreux événements sont organisés sur le campus dijonnais. Ces quatre mois de festivités vont être marqués par la venue de personnalités telles que Lilian Thuram ou encore Hubert Reeves.
Questions à...
Dans une longue interview à Infos-Dijon, l’élu de Côte-d’Or, patron des Sénateurs «En Marche» au Sénat, et proche d’Emmanuel Macron, dit sa foi dans les réformes.
Il parle aussi des élections européennes, d'Arnaud Danjean, d'agriculture, et des municipales à Dijon et en Bourgogne-Franche-Comté.
> Médias > Médias

MEDIAS : Traces Ecrites News sort son magazine annuel et réfléchit à son modèle économique

10/06/2018 12:43Imprimer l’article
Le media économique en ligne de Bourgogne-Franche-Comté et du Grand Est sort «60, le best of 2018», son magazine papier annuel regroupant une sélection de 60 entreprises qui ont fait l'actualité de l'année, et réfléchit à de nouvelles pistes pour son modèle économique.
C'est devenu un rendez-vous médiatique pour tous ceux qui s'intéressent à la vie des entreprises et à la vie économique de la Bourgogne-Franche-Comté et du Grand Est : le magazine papier annuel de Traces Ecrites News est sorti. Une soirée en l'honneur de cette parution était organisée par Christiane Perruchot et Didier Hugue, rédacteurs-en-chef et créateurs du média web, jeudi au Grand Hôtel La Cloche à Dijon.

De nombreux acteurs économiques et politiques présents


Une soirée conviviale qui a réuni de nombreux acteurs du monde économique et politique : parmi eux, notamment, on notait la présence de Xavier Mirepoix (CCI de Côte-d'Or), David Butet et Pierre-Antoine Kern (Medef), Benoît Willot (CPME), Arnaud Marthey et Martine Abrahamse-Pleux (Agence Economique Régionale), François-André Allaert (Dijon Métropole Développement), mais aussi la présidente du Conseil Régional, Marie-Guite Dufay, et le vice-président du Conseil Départemental de la Côte-d'Or, François-Xavier Dugourd.

«Un choix subjectif de 60 entreprises»


Ce magazine, désormais un rendez-vous médiatique incontournable de notre région, se veut «un choix subjectif de 60 entreprises, mais pas un classement ni un palmarès» explique Christiane Perruchot. «Pourquoi un magazine papier alors que nous sommes un média en ligne ? Parce que quand nous avons créé Traces Ecrites News, il y a huit ans, il était difficile d'avoir de la visibilité et, comme nous venions de la presse papier, nous avons pensé que cette publication nous y aiderait. Nous en avons moins besoin aujourd'hui mais souhaitons perpétuer ce rendez-vous».

«Le modèle économique n'est pas stabilisé»


Pour autant, rien n'est facile dans la vie médiatique, en terme de modèle économique notamment. C'est ainsi que «2018 est une période charnière pour Traces Ecrites News» explique Christiane Perruchot. «Nous avons choisi d'être un média gratuit et de vivre de la publicité. On nous disait qu'on se tirait une balle dans le pied mais nous pensons avoir trouvé le modèle qui nous permet de valoriser le travail de nos journalistes. Mais le modèle économique n'est pas stabilisé et nous avons besoin d'autres ressources. La question de savoir si nous devions devenir payants s'est posée mais ce n'est pas évident. Et nous ne voulons pas non plus envahir nos textes de publicités, et garder aussi notre indépendance.»

Vers un «Club Traces Ecrites News»


Devant ces dilemmes, une idée a germé. Elle est encore au stade embryonnaire et verra le jour d'ici à la fin de l'année 2018, après avoir été peaufinée. «Il s'agit de créer le Club Traces Ecrites News». Une sorte de financement participatif, «un soutien au delà de la publicité» ajoute Didier Hugue.
Et Christiane Perruchot de conclure par une proposition de loi, celle qui consisterait à «déduire des revenus imposables les abonnements aux médias».
Bref, on réfléchit dans le monde des médias bourguignons, et Traces Ecrites News pourrait bien être à l'origine d'idées et propositions cruciales. A suivre !
Nicolas Richoffer

Cliquez pour accéder au site Traces Ecrites News

Photos N.R. :


Photos Jean-Christophe Tardivon :