jeudi 23 mai 2019
Les neuf artistes annoncés présentés par neuf clips.
Questions à...
L'adjointe à la culture sera aux premières loges vendredi pour l'inauguration et la réouverture du Musée des Beaux Arts de Dijon. Un moment qu'elle attend avec «fébrilité, impatience et curiosité».
> Opinion > Autres opinions

AESH : Le SE-Unsa ne participera pas à la mobilisation du 15 mai et s’en explique

13/05/2019 11:31Imprimer l’article
Le dispositif PIAL «n’appelle pas d’opposition de principe» de la part du syndicat.
Communiqué du SE-Unsa Dijon :

Le projet de loi École de la Confiance comporte un (maigre) volet sur l’école inclusive, et décline les annonces Blanquer de février sur les accompagnants et accompagnantes. C’est dans ce contexte qu’une deuxième journée de mobilisation est initiée par certains syndicats.

Le SE-Unsa a pris la décision de ne pas s’associer à cette journée pour les raisons suivantes :

- Les mobilisations, nationale comme locales du 6 février n’ont rencontré qu’un très faible succès.
- Le dispositif PIAL n’appelle pas d’opposition de principe de la part du SE-Unsa. Bien appliqué, bien piloté, nous pensons qu’il peut contribuer à une inclusion réussie, en plus de favoriser le travail à temps plein des AESH.
- Contrairement à certains syndicats, nous ne sommes pas opposés à l’extension des missions des accompagnants au péri et extra-scolaire (sur la base du volontariat pour ceux et celles qui souhaitent travailler à temps plein).

Notre action au niveau national :


Le SE-Unsa agit dans le cadre de l’agenda social, et des discussions autour du cadre de gestion des AESH. Il s’agit de discuter des propositions faites par le ministère sur un nouveau cadre de gestion pour les plus de 80 000 AESH qui exercent dans les écoles et établissements du second degré. Deux groupes de travail se sont déjà tenus (fin mars et fin avril), au moins un autre groupe de travail devrait avoir encore lieu.

Les propositions du SE-Unsa recueillent l’intérêt du ministère, notamment sur la question du temps de travail (cf article)

Avec ce nouveau cadre, le ministère poursuit un double objectif :


• rapprocher la gestion des accompagnants de celle des contractuels enseignants, CPE et Psy-EN (dont le cadre réglementaire est quasi identique) ;
• introduire dans la réglementation les mesures annoncées par le ministre en février (lire notre article http://enseignants.se-unsa.org/Annonces-ministeri...

Pour l’instant rien n’est encore arrêté. A l’issue des discussions, une nouvelle circulaire relative au cadre d’emploi et de gestion des AESH paraîtra.
Le ministère annonce une volonté de mise en œuvre de celle-ci dès la rentrée 2019.

Notre action au niveau local :


Le SE-Unsa a été reçu en audience par la DSDEN 21.
Le SE-Unsa s’efforce de proposer pour que le statut des AESH évolue vers un vrai métier.

Ceci concerne :


• LES MODALITES D’AFFECTATION
Les AVS et AESH doivent connaitre avant les grandes vacances leur lieu d’affectation et mieux encore le ou les profils des élèves qui seront accompagnés.

• LA COMMUNICATION
Les AVS et AESH avoir connaissance des personnes qu’il faut contacter en fonction de leur problématique (pédagogique, administrative, familiale ...).

• LA FORMATION
Les AVS et AESH doivent pouvoir se former et étant informés des dispositifs de formation disponibles.

• LE DEVENIR DES CONTRATS PEC, CUI…
Nous sommes bientôt à deux mois de la fin de l’année scolaire et les collègues en contrat

• LA REVALORISATION DES SALAIRES (ENTRETIENS PROFESSIONNELS)
L’obligation pour le rectorat d’effectuer un entretien professionnel à la fin de la première et cinquième année d’AESH en CDD ainsi que tous les trois ans pour les AESH en CDI.

Le ministre est « attaché à une évolution claire, nette, des conditions d’emploi des AESH ».
Sans doute, mais pour l’instant peu de solutions concrètes à l’extrême précarité de la profession sont proposées.

Secrétaire académique du SE-Unsa Dijon
Lucia ROMERO-BOUSQUET