mercredi 20 mars 2019
Avec notre vidéo de la manifestation.
Youth for climate Dijon a réussi à mobiliser environ 2000 lycéens et étudiants dijonnais à l'occasion de la grève et marche pour le climat ce 15 mars, suite à l'appel de Greta Thunberg.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Opinion > Autres opinions

COTE-D'OR : La FDSEA demande au collectif des faucheurs volontaires de cesser toute action de vandalisme

26/09/2018 15:06Imprimer l’article
«La destruction d’essais est contre-productive pour la protection de l’environnement, soutenons la recherche» lance la FDSEA à l'attention du collectif des faucheurs volontaires.
Communiqué de la FDSEA 21 :

Aujourd’hui, il est primordial de produire durablement une alimentation saine, en quantité suffisante et dont l’impact sur l’environnement est amoindri, qui peut même participer à sa préservation. Les pratiques agricoles évoluent constamment, et doivent continuer à évoluer pour répondre à ces nouveaux enjeux. Ces évolutions nécessitent de la recherche, des essais sur le terrain en conditions réelles et enfin une large diffusion de l’information pour un déploiement optimal. C’est pourquoi la FDSEA21 soutient et soutiendra toujours les essais, la recherche de tout type de solutions, et déplore les actions qui visent à ralentir cette recherche.

Les agriculteurs travaillent à produire toujours mieux, et à monter en gamme, ce qui rejoint les demandes de nos consommateurs et de notre gouvernement. Pour cela, nous avons besoin de la recherche, nous devons tester des solutions nouvelles, en laboratoire puis en conditions réelles. La recherche de solutions alternatives partielles, ou totales lorsque c’est possible, est la clé d’une transition agricole réussie. C’est ce que nous défendons avec le «Contrat de Solutions» : donnons aux agriculteurs les moyens et le temps de s’adapter, de trouver de nouvelles combinaisons de solutions, voire d’en inventer. Travaillons tous ensemble à créer les modes de production de demain.

Parmi les axes de recherche, la recherche génétique est importante : loin d’enfermer les producteurs dans une dépendance à l’agrochimie, elle permet au contraire d’élargir le panel des variétés disponibles pour les producteurs. Elle peut aussi bien concerner la tolérance à certains herbicides que la résistance aux périodes de sécheresse prolongées comme nous avons connu cet été, ou la résistance à des ravageurs, l’amélioration des qualités nutritionnelles, gustatives...

La destruction d’essais sous couvert d’activisme ne sert qu’à retarder cette recherche de solutions. S’opposer par principe à toute nouvelle méthode, toute nouvelle recherche, relève de l’obscurantisme. Quant à détruire des parcelles d’essais strictement autorisées, il s’agit ni plus ni moins de vandalisme.

Les OGM sont interdits en France, nous ne cultivons donc pas d’OGM. Dans le respect du cadre réglementaire, nous encourageons l’exploration de toutes les pistes de recherche autorisées, et continuerons inlassablement à défendre la recherche sur tous les axes possibles et imaginables.

C’est pourquoi nous demandons au collectif des faucheurs volontaires de cesser toute action de vandalisme, mais aussi toute propagande contre la recherche, et de travailler enfin pour l’intérêt commun : nourrir la population grandissante tout en préservant notre planète.

 
?>