jeudi 20 juin 2019
Les conditions météorologiques actuelles sont favorables à la pollinisation des graminées, espèce fortement allergisante, explique Atmo.
Questions à...
A l’issue d’une saison régulière historique en Jeep Elite avec la 3ème place au classement pour la JDA Dijon Basket et à l’approche du premier tour des playoffs, l’entraîneur Laurent Legname fait le point avec Infos-Dijon sur la réussite de son équipe ainsi que ses forces pour poursuivre l’aventure. Entretien.
> Opinion > Autres opinions

CRIS RACISTES A GASTON-GERARD : «Il importe de comprendre les racines de ce racisme, véritable poison qui ronge la société»

17/04/2019 09:18Imprimer l’article
Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples, SOS Racisme et la Ligue des Droits de l’Homme fustigent «la haine et la bêtise» trop souvent exprimées dans le sport. En saluant la réaction des acteurs du match DFCO - Amiens, les associations appellent aussi à «un important travail d’éducation et de prévention».
Communiqué du MRAP, SOS Racisme et la Ligue des Droits de l’Homme :

Les cris racistes qui ont entaché le match Dijon-Amiens démontrent une fois encore que les terrains de sport font partie des lieux où s’expriment trop souvent la haine et la bêtise. Il n’est pas rare non plus d’y entendre des propos homophobes, trop souvent banalisés.
Manifestement, auprès de certains, le sport sert d’exutoire à une agressivité bien éloignée des valeurs éducatives qu’il peut aussi porter.
Les exemples navrants ne manquent pas : un arbitre à Vitteaux a été aussi victime, il y a peu, de racisme de la part d’un spectateur.

Nos associations sont vigilantes face à ces manifestations de racisme et apportent tout leur soutien aux personnes qui en sont victimes, que ce soit dans le sport ou dans d’autres circonstances. Elles saluent la réaction de Prince Gouano qui a pris la décision d’interrompre le jeu, soutenu par ses coéquipiers et ses adversaires, afin de bien marquer le caractère inacceptable de l’incident.

Au-delà des poursuites pénales qui sont prévues par la loi, il apparaît qu’un important travail d’éducation et de prévention reste à faire, notamment auprès de nos concitoyen-n(e)s qui n’ont jamais fait l’expérience du racisme et peuvent de ce fait considérer ces attaques comme de simples moqueries, en « oubliant » le rejet qu’elles portent en elles, rejet alimenté par les théories raciales qui ont eu cours durant plus d’un siècle en Europe pour défendre des occupations et des exploitations colonialistes. Il importe donc de comprendre les racines de ce racisme, véritable poison qui ronge la société, et des replis qu’il peut provoquer en écho.

Il est grand temps de construire d’autres relations entre nous qui partageons une même condition humaine si fragilisée sur la planète !