mardi 22 mai 2018
Questions à...
Médecin régulateur au Samu 21 et conseiller départemental, Christophe Avena décrit les difficultés des médecins régulateurs, confrontés à une augmentation continue des appels. Sans se prononcer sur le contenu de la conversation entre le Samu de Strasbourg et Naomi Musenga, il note une anomalie dans cette affaire, symptomatique d'un manque de médecins régulateurs.
> Opinion > Autres opinions

LETTRE OUVERTE : Les deux petits mots que l'intersyndicale veut ajouter au projet de loi sur la réforme ferroviaire

16/05/2018 16:32Imprimer l’article
MISE A JOUR : La réponse de Didier Martin.
L’intersyndicale CGT, Unsa Ferroviaire, Sud Rail et CFDT demandent au député Didier Martin de proposer un amendement concernant le changement de statut de la SNCF.
Dans une lettre ouverte datée du 11 mai, l'intersyndicale CGT, Unsa Ferroviaire, Sud Rail et CFDT s'adresse au Député de la 1ère circonscription de Côte-d'Or, Didier Martin, pour faire suite à leur rencontre du 13 avril dernier, et lui demandent de proposer un amendement.
«Avant l'article premier, insérer l'article suivant :
Compléter l'alinéa 4 par les mots : «et incessible».

Il s'agit ainsi d'assurer que l'entreprise ne sera pas privatisée dans un second temps, comme le soupçonnent parfois les manifestants.
Hier, Jean-Baptiste Djebbari, député LREM rapporteur du projet de loi sur la réforme ferroviaire, a indiqué que l'«incessibilité» de la SNCF serait inscrite dans la loi, pour «ne laisser aucune place au fantasme de la privatisation».

La réponse de Didier Martin, adressée ce jour à Infos-Dijon :


«Je maintiens ma position et mes déclarations en faveur du caractère incessible des actions de la future société anonyme SNCF 100% publique.

Je mettrai tout en œuvre pour que , en accord avec le groupe LaREM, cette disposition soit reprise et débattue au parlement.»
Didier Martin, député de la Côte-d'Or