vendredi 14 décembre 2018
Questions à...
Le préfet de Côte-d'Or et de Bourgogne-Franche-Comté, Bernard Schmeltz, a réagi ce samedi pour Infos-Dijon.
> Opinion > Autres opinions

OPINION : «Les immigrés clandestins délocalisent Stalingrad à Chenôve»

08/10/2018 21:46Imprimer l’article
Sylvie Beaulieu, Vice-présidente du groupe Rassemblement National, Déléguée départementale de la Côte-d'Or, commente l'émergence d'un nouveau squat de migrants dans la Métropole dijonnaise.
Communiqué de Sylvie Beaulieu, Vice-présidente du groupe Rassemblement National, Déléguée départementale de la Côte-d'Or :

La cinquantaine de migrants expulsés du squat dijonnais de l'avenue Stalingrad se sont installés à Chenôve dans les anciens locaux de la CPAM.
Contrairement aux arguments avancés par le collectif Soutien Asile 21, il n'ont pas trouvé refuge mais occupent illégalement leur nouveau lieu d'hébergement.

Ce bâtiment, pourtant destiné à la création d'une crèche, se voit donc réquisitionné de fait. Dans combien de temps les pouvoirs publics décideront-ils d'intervenir pour expulser les immigrés ? Et dans quel état seront les lieux ?
Alors que les crèches sont en nombre insuffisant sur l'agglomération dijonnaise, les mères de famille se voient obligées avant même la conception de leurs enfants de réserver des places bien rares dans les structures existantes.

Qu'en est-il également de la situation des S.D.F. de la métropole ? Quelles sont les associations censées se préoccuper de leur sort ? Sont-elles mises de côté au bénéfice des collectifs de soutien aux migrants ?
Les places d'hébergement de nuit manquent et ils sont de plus en plus nombreux sur les trottoirs de nos villes.
Au-delà des profondes et criantes injustices générées, l'implantation durable des migrants provoque aussi une montée de l'insécurité et inquiète légitimement les habitants de nos villes et villages.

L'objectif d'Emmanuel Macron et de son gouvernement est clair. A l'aube de 2020, il nous faudra héberger 86% des demandeurs d'asile, soit 1,5 milliard d'euros consacré au budget "immigration", en hausse de 200 millions par rapport à 2018.

Cette politique sans limite et sans raison est devenue la priorité du gouvernement qui reste sourd à la souffrance et à la détresse des Français. Rappelons qu'un Français sur cinq se trouve en situation précaire, ne pouvant se nourrir correctement, se chauffer correctement, se loger correctement.

Il est plus que temps de mettre fin à cette préférence étrangère qui vampirise la solidarité nationale.

Sylvie Beaulieu
Vice-présidente du groupe Rassemblement National
Déléguée départementale de la Côte-d'Or
 
?>