samedi 24 février 2018
Questions à...
Dans une longue interview qu'il nous a accordée, le maire de Dijon et président de Dijon Métropole n'élude aucun sujet.
Les erreurs du quinquennat de François Hollande, ses acquis aussi, la politique d'Emmanuel Macron, les prochaines élections municipales à Dijon, le projet métropolitain, la rivalité avec Besançon, les rapports avec le Département et la Région, la marque Just Dijon, l'auto-suffisance alimentaire, et bien-sûr les tarifs du stationnement…
> Opinion > Autres opinions

OPINION : «Logement, des questions en suspens» pour la CLCV

12/09/2017 12:26Imprimer l’article
Communiqué de la Confédération Logement Cadre de Vie de Côte-d'Or :

Suite aux annonces du Président ce jour, la CLCV se félicite de l’annonce de la création de 50 000
places d’hébergements supplémentaires, dans la continuité de l’effort engagé précédemment
L’objectif de proposer 100 000 logements pérennes à des personnes qui sont aujourd’hui dans un
parcours d’insertion est un objectif ambitieux.

Il représente près de 25 % des attributions annuelles
de logements sociaux. Un chiffre certainement difficile à conjuguer avec les nombreuses priorités
énoncées dans la loi Egalité & Citoyenneté (DALO, personnes prioritaires, etc.) et ce d’autant plus en
zone tendue.
De plus, l’accueil nécessaire de ces personnes nécessite un accompagnement social soutenu. Il
reposera essentiellement sur le secteur associatif dont les moyens financiers sont aujourd’hui
déstabilisés par la suppression notamment des emplois aidés.
La CLCV reste en attente des orientations du gouvernement sur les aides au logement, sur la part des
aides à la pierre prise en charge par l’Etat. Compte tenu des circonstances, la CLCV rappelle sa
demande de gel des loyers pour l’exercice 2018, mesure entraînant pour le budget de l’Etat une
économie potentielle de 130 millions d’euros (liée à la non indexation des aides personnelles au
logement).
D’autre part, la loi du marché ne peut pas être la réponse adaptée à la régulation des prix en matière
de loyers. Comme le montre l’exemple européen, l’Allemagne, la Suède ou les Pays-Bas consacrent,
en 2015, 0,5 à 0,6 % de leur PIB aux aides au logement. Un chiffre inférieur à la France (1,2 %) car ils
ont une politique de contrôle et d’encadrement de l’évolution des loyers, sans pour autant pénaliser
l’initiative privée.
La CLCV réaffirme donc son souhait de voir l’encadrement des loyers étendu aux métropoles dans les
plus brefs délais et restera vigilante dans le cadre des débats à venir.

Contacts
David Demey – 03 62 02 62 10 (daviddemey@clcv21.org)