vendredi 19 avril 2019
Une opération de grutage est effectuée en ce milieu de semaine du côté de la place de la Libération.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Opinion > Autres opinions

OPINION : «Nous nous demandons, au contraire, s’il n’y a pas lieu de s’alarmer de la baisse des loyers»

13/04/2019 08:19Imprimer l’article
Le groupe d'opposition Construire Dijon Autrement voit plutôt un mauvais indicateur dans le fait que Dijon soit la 6ème ville de sa catégorie où les loyers sont les moins élevés.
Communiqué du groupe Construire Dijon Autrement :

Dijon, 6ème ville de France aux loyers les plus bas, ou l’art de présenter une bonne nouvelle qui n’en est pas forcément une.

Une enquête nationale menée par CLAMEUR en partenariat avec SeLoger annonçait le mois dernier que Dijon comptait parmi les villes les plus basses quant aux prix des loyers. Elle serait même la 6ème ville de sa catégorie où les loyers sont les moins élevés. La presse a rapidement relayé l’information et la majorité (PS) y a vu une réussite de sa politique municipale. Pourtant, selon la lecture que l’on fait de cette information on peut y voir : soit une opportunité, soit un élément supplémentaire qui traduit le manque de dynamisme de notre ville.

Aujourd’hui, toutes les villes dans lesquelles il y a une tension sur les loyers sont des villes synonymes d’attractivité et d’emplois. Alors que la majorité socialiste se réjouit, nous nous demandons, au contraire, s’il n’y a pas lieu de s’alarmer de la baisse des loyers depuis maintenant dix ans.

En effet, une baisse des loyers conjuguée à une politique qui maintient des impôts locaux élevés a pour effet de faire perdre à notre ville ses investisseurs et ses propriétaires - ils ne représentent désormais plus que 45% des Dijonnais. Ce phénomène est significatif et emblématique de ce que vit actuellement Dijon. Si nous continuons sur cette tendance nous n’éviterons pas la relégation en ligue 2. Peut-être d’ailleurs y sommes-nous déjà ?
C’est tout le malentendu initial du passage en Métropole. La majorité PS a fait croire aux Dijonnais que le statut de Métropole allait nous faire jouer dans la cour des grands, en Ligue 1, alors que si les métropoles sont attractives c’est en premier lieu parce que ce sont de vraies métropoles.

Pour être attractive, il faut surtout renouer avec un cercle vertueux : créer de l’activité qui attirera de l’investissement, des nouveaux emplois et donc des familles et, bien sûr, de la modération fiscale. Mais il ne faut pas continuer de construire à tout-va en gonflant l’offre immobilière au risque de créer une bulle spéculative.

Notre projet pour 2020 est dans cette logique. Il vise à créer de l’activité par l’innovation et l’écologie mais aussi par le souci de faire une place à chacun dans la Ville. Ce qui inclut notamment les petits propriétaires pour qui les loyers sont des compléments utiles de revenus voire à plus long terme de retraite.

Franck Ayache, François Hélie