mardi 11 décembre 2018
Questions à...
Le préfet de Côte-d'Or et de Bourgogne-Franche-Comté, Bernard Schmeltz, a réagi ce samedi pour Infos-Dijon.
> Opinion > Autres opinions

SOCIAL : SE-Unsa Dijon s'inquiète de la situation des accompagnants d’élèves en situation de handicap

10/10/2018 12:43Imprimer l’article
Le syndicat insiste sur la nécessité de mieux former et reconnaître les AESH.
Communiqué du syndicat SE-Unsa Dijon :

Le 18 juillet dernier, lors de la présentation du «plan d’action pour une « École de la République pleinement inclusive», la secrétaire d’État aux personnes handicapées et le ministre de l’Éducation nationale ont annoncé un ensemble de mesures pour le métier d’AESH (Accompagnants d’élèves en situation de handicap). Elles s’appuient sur le diagnostic d’un métier non seulement peu attractif, mais qui ne prend pas suffisamment en compte les besoins éducatifs particuliers des élèves en situation de handicap.

Concernant les créations de postes, le compte n’y est toujours pas

Où sont passés les 11 200 recrutements annoncés en décembre dernier ? Huit mois plus tard, 300 d’entres eux ont disparu, passant ainsi à 10 900. Nous contestons donc une fois encore l’effort apparent sur les créations de postes annoncées.
Dans notre académie, nous constatons effectivement que le nombre de postes créés ne permet pas de couvrir les besoins sur le terrain (certains enfants attendent toujours leurs accompagnants).

Concernant le temps de travail et la rémunération : une promesse de Gascon ?

Pour remédier aux problèmes des faibles salaires (600€/mois environ), un groupe d’experts doit se réunir pour étudier la faisabilité de l’accompagnement sur les temps péri et extrascolaires, remédiant ainsi à la problématique des temps -et des salaires !- incomplets. Pour le SE-Unsa cette extension des missions est depuis le début une évidence.
Dans notre académie, nous constatons que les lieux d’affectation de ces personnels ne leur permettent pas toujours de cumuler des emplois. Ce qui contraint certaines personnes à démissionner. Qui plus est quand leur salaire n’est pas versé à temps ou en intégralité !

Concernant l’amélioration qualitative du dispositif : oui et ?

Nous insistons sur la nécessité de mieux former et reconnaître les accompagnants : oui, mais il est plus que temps que ceci ne soit pas que des mots. Aucune mesure immédiate, chiffrée.
Nous demandons que dans le cadre du compte personnel de formation une enveloppe budgétaire soit rapidement abondée pour les AESH.

Le projet académique : «Dijon académie apprenante» est ambitieux.
Les AESH ont toutes leurs places dans cette école souhaitée inclusive.
Le SE-Unsa insiste sur l’urgence de concrétiser toutes les mesures annoncées en terme de formation et de rémunération et reste ouvert à toutes concertations.

 
?>