vendredi 22 mars 2019
Avec notre vidéo de la manifestation.
Youth for climate Dijon a réussi à mobiliser environ 2000 lycéens et étudiants dijonnais à l'occasion de la grève et marche pour le climat ce 15 mars, suite à l'appel de Greta Thunberg.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Opinion > De droite

CITE DE LA GASTRONOMIE DE DIJON : «Les décisions prises dans la précipitation tendent à justifier de plus en plus le recours principal»

30/10/2018 16:07Imprimer l’article
Franck Ayache et François Hélie, qui constituent le groupe «Construire Dijon Autrement», dénoncent la tournure que prend le projet, tant sur la forme que sur le fond.
Communiqué du groupe municipal d'opposition Construire Dijon Autrement :

L’agitation actuelle de la majorité municipale et d’une partie de l'opposition sur le projet de la Cité de la gastronomie nous conforte dans notre analyse. Si nous restons favorables au projet original de Cité de la gastronomie, il nous semble plus important de nous intéresser au fond du dossier ainsi qu’à sa pérennité, plutôt qu'à l’opportunité des recours.

La fébrilité de la majorité municipale (PS), ses pressions sur les différents protagonistes et les décisions prises dans la précipitation tendent à justifier de plus en plus le recours principal. En effet, pour sauver un projet en panne, F. Rebsamen se voit contraint non seulement d'engager de l’argent public, mais aussi de faire voter des garanties financières dangereuses pouvant devenir ruineuses pour les contribuables dijonnais. Nous avons été les premiers à dénoncer ces manœuvres. Elles vont engager Dijon et la Métropole pour très longtemps. À croire que l’épisode des emprunts toxiques n’a visiblement pas servi de leçon à la majorité socialiste.

De cité valorisant l’identité de notre pays à travers l’art culinaire, le projet est devenu un vaste programme immobilier agrémenté d’une galerie commerciale, accentuant ainsi la bétonisation de nos quartiers et modifiant structurellement le cœur de ville avec un risque de disparition de certains commerces, notamment les cinémas du centre-ville. C’est à la majorité de demain qu’il reviendra de gérer ce dossier nécessitant de plus en plus d'argent public et de cautionnement.

Les retombées annoncées en termes d'emploi, à grand renfort de communication, ne doivent pas faire oublier aux Dijonnais les précédents - à l’image du fiasco de TELETECH (600 emplois annoncés, environ 60 réellement créés, hyper subventionnés… et pour finir, la faillite). Le risque d’absence de retombées économique est d’autant plus grand qu’aujourd’hui aucune entreprise locale ne semble à notre connaissance posséder de garanties significatives de la part de l’opérateur Eiffage. Nous invitons donc les chefs d’entreprises à obtenir des engagements écrits, les promesses n’engageant que ceux qui les écoutent. Quant aux retombées attendues au terme du chantier, rappelons, à l’image du centre-ville, que « fréquentation » ne rime pas forcément avec « consommation ».

Nous avons l’impression que pour la municipalité de gauche, il n’existe pas d’activité économique autonome et que toutes celles de Dijon et de Dijon métropole dépendent de ses projets. Quel aveu d’échec politique !

La majorité de demain que souhaite bâtir le groupe Construire Dijon Autrement, va hériter en mars 2020 de ce dossier emblématique pouvant devenir un projet ruineux et lourd, une véritable bombe à retardement.

Franck Ayache, François Hélie
Groupe Construire Dijon Autrement

 
?>