mercredi 15 août 2018
Au Zénith et dans les Jardins du Département pour la demi-finale France-Belgique, au Zénith pour la finale France-Croatie, les Dijonnais ont vibré pour les Bleus. Notre rétrospective en deux vidéos.
Questions à...
A la veille de la reprise de la Ligue 1, à Montpellier pour les Dijonnais, le coach du DFCO a fait le point. L'état d'esprit, les changements dans l'effectif, Yoann Gourcuff, les blessés Balmont et Kwon, le jeu du DFCO, la vidéo en Ligue 1, etc, tout y passe.
> Opinion > De droite

DIJON : «La caméra de surveillance de la ville ne fonctionnait pas» lors de l'incendie aux Grésilles déplore Emmanuel Bichot

15/02/2018 12:06Imprimer l’article
Le groupe municipal Agir pour Dijon parle de «manquements scandaleux à la sécurité de nos quartiers»
Communiqué du groupe municipal Agir pour Dijon :

Dans la nuit du 8 février 2018, un violent incendie s’est déclaré dans le parking souterrain d’une résidence située dans le quartier des Grésilles.

Sept voitures ont été complètement carbonisées, une dizaine d'autres endommagées, et quatre-vingt-quinze résidents ont dû être évacués de leur appartement en pleine nuit. Les dégâts matériels sont considérables et les conséquences auraient pu être dramatiques. Nous témoignons toute notre solidarité aux habitants de la résidence.

Considéré comme étant «d'origine suspecte», cet incendie fait aujourd'hui l'objet d'une enquête des forces de police. Or, les policiers se heurtent à un problème technique : la caméra de surveillance la plus proche, installée rue Camille Claudel, n'était pas en état de marche au moment de l'incendie. Cette caméra a d’ailleurs été retirée.

La municipalité socialiste a longtemps refusé d’installer des caméras dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville à Dijon, déclarant que «cela aurait pu vexer les habitants, qui se seraient sentis ciblés». C’était bien au contraire une grave injustice pour les populations concernées. Elle a fini par installer quelques caméras dans ces quartiers, encore faudrait-il qu’elles fonctionnent et qu’il y ait une volonté politique de lutter contre la délinquance.

Nous constatons à nouveau le décalage entre la communication bien rodée de la municipalité et la réalité. Alors que les incendies se multiplient y compris au sein des habitations, comme ce fut le cas encore cette semaine dans un immeuble de la Fontaine d’Ouche, le maire et sa première adjointe doivent s'expliquer sur ces manquements scandaleux à la sécurité de nos quartiers !

Le groupe municipal Agir pour Dijon
Emmanuel Bichot, président,
Bernard Bonoron, Stéphane Chevalier, Chantal Outhier, Marie-Claude Mille