mardi 19 mars 2019
Avec notre vidéo de la manifestation.
Youth for climate Dijon a réussi à mobiliser environ 2000 lycéens et étudiants dijonnais à l'occasion de la grève et marche pour le climat ce 15 mars, suite à l'appel de Greta Thunberg.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Opinion > De droite

OPINION : «La Région Bourgogne-Franche-Comté passe à côté de sa campagne de promotion touristique» selon Jean-Philippe Lefèvre

18/04/2018 12:26Imprimer l’article
Le conseiller régional d'opposition pointe un «faux pas touristique démontre la difficulté de la majorité régionale à embrasser en même temps l’étendue large du territoire et les spécificités de chaque espace».
Communiqué de Jean-Philippe Lefèvre, conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté :

Durant la campagne électorale des régionales de 2015, l’équipe de la Droite et du Centre avait souligné que si le Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté était une entité administrative, les identités spécifiques et culturelles à la Franche-Comté et à la Bourgogne devaient être préservées et valorisées.

La Bourgogne-Franche-Comté est donc une appellation administrative qui ne saurait faire écho auprès des touristes ni en France et encore moins à l’étranger.

La région Bourgogne-Franche-Comté est diverse, c’est son atout. Il était donc pertinent que le Comité Régional du Tourisme s’attache à promouvoir trois «marques» : «Bourgogne», «Montagnes du Jura» et «Massif des Vosges». En revanche, ce qui est condamnable, c’est que la campagne de promotion ne se soit pas faite pour les trois «marques» en même temps avec un slogan unificateur en arrière-plan.

L’élu dolois que je suis pointe d’ailleurs du doigt les limites de ces «marques». Où se trouvent le Pays dolois, le Val de Saône, le Val d’Amour ou le Pays de Courbet ?

Ce faux pas touristique démontre la difficulté de la majorité régionale à embrasser en même temps l’étendue large du territoire et les spécificités de chaque espace. Tout cela illustre combien l’équipe de la Droite et du Centre avait anticipé ces questions en distinguant l’entité administrative des entités culturelles.

Pour ma part, je suis prêt à défendre le rayonnement de tous les territoires de Bourgogne et de Franche-Comté. Je ne choisis pas entre Châteauneuf-en-Auxois et la Saline Royale d’Arc-et-Senans mais je n’oublie pas que c’est aux pieds de la collégiale de Dole que je vis.

Jean-Philippe Lefèvre
Conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté
Maire-Adjoint de Dole
 
?>