vendredi 22 mars 2019
Avec notre vidéo de la manifestation.
Youth for climate Dijon a réussi à mobiliser environ 2000 lycéens et étudiants dijonnais à l'occasion de la grève et marche pour le climat ce 15 mars, suite à l'appel de Greta Thunberg.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Opinion > De gauche

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Pour les Jeunes Insoumis-es, l’Etat «prend dans la poche des étudiants» pour rembourser son déficit

23/10/2018 16:37Imprimer l’article
Dans un communiqué, les Jeunes Insoumis-es de Côte-d’Or dénoncent une manigance de l’Etat dans la mise en place de la Contribution de Vie Etudiante et de Campus (CVEC). Ils expriment aussi leurs revendications sur la question.
Communiqué des Jeunes Insoumis-es Côte-d’Or :

Au premier semestre 2018, le gouvernement mettait en place la Loi ORE (Orientation et «réussite» des étudiant-e-s). Dans son flot de régression pour l’enseignement supérieur, cette Loi inaugure un nouvel impôt étudiant : la CVEC.
Fixée à hauteur de 90 euros par an et par étudiant-e (dont les boursier-ère-s sont exempté-e-s), la CVEC doit «favoriser l'accueil et l'accompagnement social, sanitaire, culturel et sportif des étudiant.e.s».
Cependant, elle risque de contribuer, en partie, à la réduction du poids de la dépense publique.

En effet, la CPU (Conférence des Présidents d'Université) a constaté - à la lecture du projet de Loi Finances 2019 - que la CVEC alimentera le budget général de l’État. En pratique, cela représente entre 100 et 120 millions d'euros (soit près d'un tiers de l'argent récolté par la CVEC).
Ceci est la conséquence de l’article 29 de ce projet de Loi qui plafonne la redistribution des recettes de la CVEC à 95 millions d'euros par an. En outre, au delà de cette somme, tout l'argent récolté reviendra dans les caisses de l’État.

D'une part, cette décision est contraire à l'esprit du décret du 30 juin 2018 qui prévoit la redistribution du «produit total» de la CVEC. D'autre part, cette décision rentre en contradiction avec le dialogue social engagé entre l’État, la CPU et les organisations étudiantes.

En d'autres termes, alors que le coût de la vie étudiante augmente d'années en années et que les besoins sont nombreux pour améliorer la vie étudiante, le Gouvernement fait le choix de prendre l'argent dans la poche des étudiant.e.s pour rembourser le déficit de l’État. Ainsi, il se désengage encore un peu plus de son rôle de financement des services public et de l'accompagnement des citoyen-ne-s dans leur quotidien.

A la vue de cette situation, nous, Jeunes Insoumis-es Côte d'Or, revendiquons :
- Le retrait de cette mesure pour que la CVEC remplisse pleinement sa fonction d'accueil et d'accompagnement social, sanitaire, culturel et sportif des étudiant.e.s.
- Un investissement annuel conséquent et cohérent aux besoins des Universités pour financer la hausse démographique du nombre d'étudiant-e-s.
 
?>