jeudi 21 mars 2019
Avec notre vidéo de la manifestation.
Youth for climate Dijon a réussi à mobiliser environ 2000 lycéens et étudiants dijonnais à l'occasion de la grève et marche pour le climat ce 15 mars, suite à l'appel de Greta Thunberg.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Opinion > De gauche

FUSILLADE A BEAUNE : France Insoumise demande «un soutien psychologique» affirmé pour les victimes et les habitants du quartier

17/08/2018 18:21Imprimer l’article
Dans un communiqué qui nous a été adressé ce vendredi après-midi, les groupes d’actions de France Insoumise en Côte-d’Or notent l’efficacité des enquêteurs et forces d’interventions, mais pointent aussi «des difficultés à mettre en place une cellule de soutien» et par conséquent un manque de soutien psychologique devant selon eux très légitimement être apporté aux habitants du quartier.
Communiqué de France Insoumise (les groupes d’actions de Côte-d’Or) :

«Suite au communiqué du Procureur de la République à propos de l'enquête sur la fusillade du 30/07/18 à Beaune et à la rencontre des habitants du quartier Saint-Jacques lors du rassemblement en soutien aux victimes du 10/08/2018, nous avons souhaité réagir.

Tout d' abord, nous nous réjouissions de l'efficacité des enquêteurs et forces d'interventions, qui ont pu appréhender les suspects de cette attaque. Nous voulions aussi saluer le fait que le caractère raciste a bien été retenu, conformément aux propos des victimes. Cela malgré bien des tergiversations, du temps, et un silence assourdissant de la part des médias.

Un rassemblement a eu lieu le 10 août au quartier Saint-Jacques en soutien aux victimes et leurs familles. Nous étions présents, ainsi que différentes associations et le Maire de la ville.

Suite à cela, nous voulons dénoncer les difficultés de mettre en place une cellule de soutien psychologique pour les habitants du quartier. Cela rejoint le peu de participation de la commune pour aider les associations à y parvenir.
Cette cellule de soutien psychologique devrait s'adresser aux jeunes blessé-e-s bien sûr , à leur famille, aux jeunes présents lors de la fusillade. Mais également à la ou les personnes qui ont porté assistance aux blessé-e-s en prenant de hauts risques et enfin à tous les habitants du quartier le demandant, qui sont eux-mêmes en état de choc devant la situation.

En établissant une cellule de soutien psychologique officielle, on reconnaît par là-même les dommages psychologiques associés aux événements très graves qui se sont passés. Cela, pour toutes les personnes concernées, victimes directes ou indirectes.

En effet, lors du rassemblement, nous avons été frappés lors de nos discussions avec les personnes concernées, de l'immense détresse et désarroi dont elles témoignaient même deux semaines après les faits. Ces personnes ont urgemment besoin d'un soutien psychologique ajusté à leurs besoins propres (débriefing individuel et/ou de groupe).

Nous soulignons la maturité et la sagesse des victimes quand à leur réaction et à l'analyse qu'ils portent sur ce qu'ils ont subit. Nous avons vu la solidarité des gens du quartier qui souhaitent retrouver la vie paisible de leur quartier et qui s'organisent pour cela. Cela impose le respect.

Nous resterons très vigilants à ce que la justice soit faite, et réitérons toute notre compassion et notre solidarité aux jeunes blessés. Ceux-ci risquent des séquelles psychologiques, des séquelles physiques à vie (plombs près d'un œil, du cœur et de la colonne vertébrale).

Enfin, nous nous mettons à la disposition des habitants, des associations qui les accompagnent, pour participer à leurs initiatives pour lutter contre le racisme et la banalisation de la violence.»
 
?>