mardi 22 mai 2018
Questions à...
Médecin régulateur au Samu 21 et conseiller départemental, Christophe Avena décrit les difficultés des médecins régulateurs, confrontés à une augmentation continue des appels. Sans se prononcer sur le contenu de la conversation entre le Samu de Strasbourg et Naomi Musenga, il note une anomalie dans cette affaire, symptomatique d'un manque de médecins régulateurs.
> Opinion > De gauche

OPINION : Le rapport Oxfam «visage immoral et indécent du capitalisme financier» selon la section PS de Dijon

17/05/2018 14:56Imprimer l’article
«Les richesses n'ont jamais été aussi mal partagées, tel est le triste constat établit dans ce rapport» déplore le Parti Socialiste Dijonnais.
Communiqué de la section Jean-Moulin du Parti Socialiste de Dijon :

S'il était encore à démontrer que le capitalisme financier n'a rien de moral, le rapport de l'ONG Oxfam, publié lundi 14 mai, éclaire une nouvelle fois de la nécessité d'un encadrement plus strict de l'économie de marché.

En effet, le rapport démontre que depuis 2009 les entreprises françaises du CAC40 ont reversé plus de deux tiers (67,4%) de leurs bénéfices aux actionnaires faisant de la France « le pays au monde où les entreprises cotées en bourses reversent la plus grande part de leurs bénéfices en dividendes aux actionnaires ».

En France, comme en Europe, le capitalisme évolue depuis des années vers un modèle à court terme, immoral à l'américaine, qui donne la priorité aux actionnaires, toujours gagnants, au détriment des investissements (27,5%) et surtout des salariés (5%).

«Les richesses n'ont jamais été aussi mal partagées» tel est le triste constat établit dans ce rapport. A la base de la création des richesses, les salariés devraient être les premiers bénéficiaires des résultats de leur travail. Les écarts de rémunération qui règnent dans les entreprises du CAC40 montrent qu'en 2016, leurs patrons gagnaient en moyenne 257 fois le SMIC, et même 119 fois plus que la moyenne des salariés de leur entreprise. La décence fait impeccablement défaut.

Pourtant, les dispositifs de redistribution des richesses ont fait leurs preuves. Par exemple la Garantie Jeune, mise en place sous le quinquennat de François Hollande, démontre aujourd'hui tout ses biens faits.

Alors que les salariés se battent pour la pérennité de leur système redistributif de retraite, nous défendons un modèle qui impose à ce capitalisme financier une plus juste redistribution des richesses, pour plus de décence, un modèle basé sur la Justice Sociale.

Antoine Hoareau, Secrétaire de la section Jean-Moulin du Parti Socialiste de Dijon