mardi 16 juillet 2019
Les conditions météorologiques actuelles sont favorables à la pollinisation des graminées, espèce fortement allergisante, explique Atmo.
Questions à...
A l’issue d’une saison régulière historique en Jeep Elite avec la 3ème place au classement pour la JDA Dijon Basket et à l’approche du premier tour des playoffs, l’entraîneur Laurent Legname fait le point avec Infos-Dijon sur la réussite de son équipe ainsi que ses forces pour poursuivre l’aventure. Entretien.
> Opinion > De gauche

OPINION : «Macron, le Président anti-pauvres» juge la France Insoumise de Dijon

17/09/2018 03:07Imprimer l’article
Les groupes d'action de la France Insoumise de Dijon réagissent au plan pauvreté annoncé la semaine dernière.
Communiqué des groupes d'action de la France Insoumise de Dijon :

Emmanuel Macron était le président des riches, il se fait désormais président anti-pauvres. Il veut imposer aux allocataires des minimas sociaux de nouvelles obligations administratives, de nouveaux contrôles, de nouvelles sanctions. Il transforme un droit inconditionnel, le RSA, en corvée universelle. Il va aggraver le non recours aux droits. Pendant ce temps, les fraudeurs du fisc et les 100 milliards d’euros qu’ils volent à l’État français chaque année peuvent dormir tranquilles.

Pour le reste, il propose à peine quelques miettes : 2 milliards d’euros par an pour les 9 millions de français pauvres, à mettre en comparaison avec les 4,5 milliards d’euros offerts aux 350 000 millionnaires contribuables de l’ISF. Le ruissellement fonctionne, mais à l’envers !

Le libéralisme et la lutte contre la pauvreté ne sont pas compatibles. Macron a choisi : il a choisi la finance, les riches, les traités budgétaires européens. Trois plaies de la condition humaine.

En Bourgogne Franche-Comté, on peut constater que les chiffres du chômage sont à la hausse pour les femmes (quel que soit leur âge) et les plus de 50 ans. Le taux de chômage des jeunes reste également plus élevé que la moyenne nationale.

15,6% des personnes vivent sous le seuil de pauvreté en Côte d'Or et les familles monoparentales sont les plus touchées. D'autant plus que les prix élevés des loyers dans la métropole du Grand Dijon rendent l'accès plus difficile au logement. La demande de logements sociaux reste supérieure à l'offre et il faut 7 mois en moyenne en Côte d'Or pour obtenir un logement social.

Dans ce contexte, alors que dans la région les revenus élevés se concentrent sur l'axe Dijon-Mâcon, on ne peut que déplorer ces chiffres qui justifieraient de véritables mesures sociales que ce soit au niveau de l'accès à l'emploi ou au logement. Or, à l'inverse, le président de la République préfère une fois de plus de l'affichage à une véritable politique sociale pour nos concitoyens.

Les groupes d'action de la France Insoumise de Dijon