jeudi 21 mars 2019
Avec notre vidéo de la manifestation.
Youth for climate Dijon a réussi à mobiliser environ 2000 lycéens et étudiants dijonnais à l'occasion de la grève et marche pour le climat ce 15 mars, suite à l'appel de Greta Thunberg.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Opinion > De gauche

OPINION : «Seb Selongey : non aux suppressions d’emplois !», tonne Claire Rocher (LO)

14/02/2017 21:21Imprimer l’article
Seb annonce 81 suppressions d’emploi sur son site de Selongey. Pour les 450 travailleurs du site, ainsi que pour tous les habitants, c’est un coup dur, car c’est à Selongey que l’usine est née, en 1857.  
Ces licenciements ne sont pas des licenciements économiques : les profits de Seb vont très bien ! Les ventes sont en progression de 6 % et le groupe est leader mondial du petit électroménager. Il s’est même payé le luxe de racheter l’an dernier l’allemand WMF, numéro un mondial des machines à café professionnelles, pour 1,6 milliards d’euros.
Les actionnaires de Seb, et parmi eux, majoritaires, les descendants des patrons d’origine, suppriment des emplois alors que les travailleurs font la fortune de leurs familles depuis 160 ans.
Les travailleurs de Seb n’ont pas à payer les choix stratégiques de leur Direction. Ce groupe florissant a largement les moyens de maintenir les emplois à Selongey.
À l’élection présidentielle, Nathalie Arthaud propose l’interdiction des licenciements et des plans de suppressions d’emplois, et de répartir le travail entre tous avec des salaires qui permettent une existence digne pour tous !
C’est une idée simple et de bon sens qui doit devenir une exigence pour les travailleurs. Et le vote pour Nathalie Arthaud permet aux travailleurs d’affirmer leurs exigences même si, bien sûr, il faudra des luttes pour les imposer ! »

Claire Rocher, porte-parole de Lutte Ouvrière en Bourgogne
 
?>