vendredi 22 mars 2019
Avec notre vidéo de la manifestation.
Youth for climate Dijon a réussi à mobiliser environ 2000 lycéens et étudiants dijonnais à l'occasion de la grève et marche pour le climat ce 15 mars, suite à l'appel de Greta Thunberg.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Opinion > De gauche

PERQUISITIONS : «Halte au coup de force» s'insurge la France Insoumise de Côte-d'Or

17/10/2018 07:28Imprimer l’article
La France Insoumise 21 demande «que la justice soit la même pour tous et qu'elle perquisitionne également le siège de la République en Marche» et veut que la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, s'en explique.
Communiqué des groupes d’action de la France Insoumise en Côte-d’Or :

Hier, mardi 16 octobre, le parquet de Paris a ordonné des perquisitions au siège de la France Insoumise, du Parti de Gauche, de l’association «l’ère du peuple» ainsi qu’au domicile de Jean-Luc Mélenchon et chez tous ses anciens assistants parlementaires. Ces perquisitions ont été menées dans deux dossiers. Le premier, celui dit des “assistants parlementaires au Parlement Européen”, est issu de la dénonciation de Sophie Montel, malheureusement bien connue dans la région, qui a par la suite elle-même reconnu qu’il s’agissait seulement d’un “pied de nez”. Dans le second, relatif aux comptes de campagne pour l’élection présidentielle de 2017, nous rappelons que ceux-ci ont été validés dans leur intégralité le 13 février dernier sans qu’aucune irrégularité ne soit constatée.

Dans un état de droit, la justice est la même pour tous. Malgré le caractère fantasque des accusations portées dans ces deux dossiers, les perquisitions sont un fait logique dans une instruction, personne ne le nie. Néanmoins, cette opération d’ampleur à la demande du procureur nous interroge le jour même du remaniement gouvernemental et de la nomination de Christophe Castaner au Ministère de l’Intérieur. Ce qui est également contestable, ce sont les méthodes utilisées. Il est interdit d’empêcher l’accès aux locaux perquisitionnés à nos parlementaires. L’un de nos députés, Eric Coquerel, a même été empêché d’accéder aux locaux du Parti de Gauche pendant sa perquisition alors qu’il en est le co-représentant légal ! La violence physique qu’ont eu à subir les personnes présentes au siège de la FI (certaines se sont retrouvées plaquées à terre) est intolérable. Ensuite, la saisie de l’intégralité des fichiers adhérents et des données de la France Insoumise sans qu’un procès-verbal ne soit signé, est inacceptable dans un état de droit. Ce faisant, rien n’ayant été consigné, personne ne sait précisément ce qui aurait été saisi et qui devrait donc, par la suite, être restitué. Le pouvoir et Mme Belloubet, Ministre de la Justice, en premier lieu, doivent s’expliquer !

Notre pays se fonde sur le respect de l’égalité entre ses citoyen-ne-s. Nous espérons que le siège de la République en Marche sera également l’objet de perquisitions dans les jours à venir. En effet, une enquête préliminaire ayant également été ouverte dès le mois de juin concernant les comptes de campagne d'Emmanuel Macron, il ne saurait en être autrement au vu du traitement infligé à la France Insoumise. Si cela n’était pas le cas, le pouvoir saperait lui-même la confiance des citoyens dans les institutions judiciaires de notre pays. Comme démocrates et républicains, nous ne le tolérerons pas, comme nous ne tolérons pas la manière brutale employée hier contre nos représentants et le coup de force politique, policier et judiciaire contre nous !

Les groupes d’action de la France Insoumise en Côte-d’Or 
?>