jeudi 22 août 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Opinion > De gauche

PRESIDENTIELLE 2017 : Menacé d'exclusion pour son soutien à Emmanuel Macron, François Patriat écrit à Jean-Christophe Cambadélis

07/03/2017 18:43Imprimer l’article
Communiqué de François Patriat :


Monsieur le Premier Secrétaire,
J’ai reçu ce matin - avec un peu de tristesse, mais un certain détachement - la lettre-circulaire, envoyée le jeudi 2 mars, me menaçant d’exclusion.
Les propos qu’elle contient viennent sans doute récompenser la loyauté dont j’ai toujours fait preuve à l’égard du chef de l’Etat, le soutien indéfectible que j’ai apporté au gouvernement, et l’engagement qui a été le mien pour la gauche et le Parti socialiste pendant près de 40 ans. J’ai savouré collectivement de très nombreuses et belles victoires, et assumé - seul - les deux défaites que j’ai connues.
J’ai exercé avec enthousiasme les fonctions qui m’ont été confiées par le suffrage universel, avec pour seules valeurs la passion, le travail et l’amitié. La menace d’exclusion demeure pour moi un aveu de faiblesse d’un parti sanctionnant ceux qui font preuve de loyauté à l’égard de leur idéal et de leurs convictions, et non pas à des appareils politiques.
Ce week-end, j’ai souri en me voyant traité de « frondeur » dans la presse, alors que l’un des premiers d’entre eux aspire à la magistrature suprême sous les couleurs du Parti socialiste.
Sache que le seul critère qui a guidé ma décision de parrainer la candidature d’Emmanuel Macron est le choix de la conviction et d’une volonté de porter à la présidence de la République un candidat charismatique et visionnaire, et de ne pas avoir à choisir entre une droite dure et l’extrême droite, qui risquerait de laisser le champ libre à toutes les régressions.
C’est donc en mon nom personnel, et non en référence à un appareil replié sur lui-même que je me mets en marge du Parti socialiste, et «En Marche » aux côtés d’Emmanuel Macron.
Prenant acte de ta notification,

François PATRIAT, Ancien Ministre, Sénateur de la Côte-d’Or, Membre de la Commission des Finances