mardi 25 septembre 2018
La soirée de présentation de la nouvelle JDA, résultat de la fusion entre la JDA (Basket masculin) et le CDB (Hand féminin), s'est déroulée ce mardi soir au Palais des Sports de Dijon.
Questions à...
Durant deux jours, les start-ups françaises du secteur de l'alimentation et de la gastronomie sont réunies au Palais des Congrès de Dijon, dans le cadre de la deuxième édition du salon Food Use Tech, la référence FoodTech en France. Comment se portent-elles ? Pourquoi ce salon ? Pourquoi  à Dijon ? Le Dijonnais Xavier Boidevézi, secrétaire national de l'écosystème Foodtech, explique tout.
> Opinion > Les Verts

OPINION : «Nous avons également besoin d'une écologie du courage pour stopper l'industrie du suremballage»

15/09/2018 16:21Imprimer l’article
EELV se joint au World Cleanup Day, l'initiative lancée par les ONG pour rappeler les dangers du plastique pour la planète.
Communiqué d'Europe-Ecologie Les Verts :

Après l'immense succès de la marche mondiale pour le Climat, EELV se joint à l'initiative lancée par les ONG pour rappeler les dangers du plastique pour la planète.
Les écologistes ont participé partout en Europe, au «Clean Up day», la journée de nettoyage qui a eu lieu le 15 septembre.
Cette mobilisation vise à faire pression sur les supermarchés, responsables d’une part importante du sur­emballage et du non traitement et recyclage des déchets (générés).

Nous connaissons tous le "7e continent de plastique", cette gigantesque plaque de déchets évoluant dans le nord de l'océan Pacifique, de la taille d'un tiers des États­Unis ou de six fois la France.

Cet amas composé de fragments de plastiques ( bouteilles, sacs, bidons...) illustre tragiquement nos modes de vie qui détruisent et asphyxient les ressources naturelles.
La culpabilisation du consommateur n'est pas à la hauteur des enjeux. Si de nombreux citoyens, en avance sur les gouvernements, consomment déjà de façon responsable en ré­employant les emballages, nous avons également besoin d'une écologie du courage pour stopper l'industrie du «suremballage», la fin de l'obsolescence programmée au profit d'une économie du réemploi et de la réparation.
Alors que la priorité de l'Europe et de la France est de cajoler les lobbies, en se contentant d'une écologie d'affichage, EELV veut instaurer une fiscalité écologique et l'application du principe pollueur­payeur, seuls leviers dissuasifs pour sortir d'une société du «tout déchets».