jeudi 19 septembre 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Opinion > Les Verts

OPINION : «Relogeons les 80 migrants expulsés du site de la CPAM de Chenôve»

11/09/2019 18:37Imprimer l’article
C’est ce que demande notamment le groupe écologiste de la mairie de Dijon dans un communiqué transmis ce mercredi en fin d’après-midi.
Communiqué des élu(e)s Europe Ecologie Les Verts de Dijon :

Les forces de Police, sur ordre de la Préfecture, ont expulsé 80 migrants qui logeaient sur l'ancien site de la CPAM. Les élu-es EELV condamnent la méthode alors que l'expulsion est intervenue la veille d'une audience visant à étudier les conditions du maintien dans le squat.

Nous relayons l'appel au don des associations de défense des droits pour aider des personnes dans une grande détresse. Nous interpellons également la Préfecture pour que le guichet unique visant à reloger les migrants soit rapidement mis en place et à étudier les conditions de régularisation des personnes afin que l'ensemble des occupants du site
de la CPAM soit relogé conformément aux valeurs humanistes et républicaines de la France.

Enfin, nous restons également mobilisés pour qu'un travail coopératif entre la Préfecture, les élus locaux et les associations soit ouvert pour loger les demandeurs d'asile dans des conditions dignes afin d'éviter le phénomène des squats illégaux.

Patrice Château, Catherine Hervieu, Stéphanie Modde,
Frédéric Faverjon, sandrine Hily, Christine Durnerin et Jean-François Buigues

«Des migrants expulsés des anciens locaux de la CPAM»
Retrouvez notre article en cliquant ici

«Les demandeurs d'asile vont jusqu'à la préfecture pour que l'Etat les entende»
Retrouvez notre article en cliquant ici