dimanche 26 mai 2019
Les neuf artistes annoncés présentés par neuf clips.
Questions à...
L'adjointe à la culture sera aux premières loges vendredi pour l'inauguration et la réouverture du Musée des Beaux Arts de Dijon. Un moment qu'elle attend avec «fébrilité, impatience et curiosité».
> SPORT > Autres sports

CYCLISME : Julien Bernard honoré par la Ville de Dijon

01/12/2018 12:48Imprimer l’article
Le cycliste professionnel ayant fait ses classes notamment au SCO Dijon a été reçu en mairie.
C’est au sein du salon blanc que Julien Bernard avait rendez-vous. Et cette réception - souhaitée pour souligner ses réussites et exploits sportifs ainsi que son parcours jusqu’au cyclisme professionnel et forcément son passage au SCO Dijon - était aussi l’occasion de se rassembler dans la convivialité autour d’un champion faisant la fierté du SCO Dijon.
La première adjointe au maire Nathalie Koenders avait à ses côtés ses collègues élus à la ville de Dijon, délégués aux sports, Jean-Yves Pian et Hyacinthe Diouf, et le président du SCO Dijon Bernard Mary, pour souligner combien la carrière du coureur aujourd’hui professionnel, même si elle n’est pas terminée à 26 ans, est d’ores et déjà remarquable.

Julien Bernard dans la cour des grands


Né en 1992 à Nevers et ayant débuté tardivement le cyclisme à Varennes-Vauzelles, c’est en 2011 que Julien Bernard a rejoint les espoirs (moins de 23 ans) du SCO Dijon, club sous les couleurs duquel (5 saisons) il s’est notamment distingué sur le tour du Nivernais-Morvan et sur le tour d’Auvergne. Chez les espoirs, il est allé jusqu’en équipe de France. Et son entrée chez les professionnels, il l’a faite directement en faisant ses preuves sur la route. Depuis ce stage d’août 2015 ayant débouché sur un contrat l’année suivante, le coureur a été retenu pour le tour d’Espagne, à deux reprises, le tour d’Italie et, consécration, le tour de France cette année.

«Il est resté très proche de nous»


Aujourd’hui, Julien Bernard roule donc pour l’équipe américaine Trek Factory Racing. Mais il n’oublie pas pour autant le SCO Dijon. «Il est resté très proche de nous. Dès qu’il revient (Julien Bernard a un pied à Marsannay-la-Côte), il va s’entraîner avec nos coureurs, il donne des conseils à nos jeunes», assure Bernard Mary qui retient cette proximité pérennisée malgré les obligations d’un coureur de haut niveau. Un coureur «très bien entouré» autant sur le plan personnel que sur le plan professionnel.
En lui remettant le sceau de Philippe le Hardi, Nathalie Koenders a quant à elle salué, au nom de la Ville de Dijon, des valeurs sportives propre au compétiteur qu’est Julien Bernard, des valeurs de persévérance, d’abnégation, de dépassement de soi.

L’humilité dans les propos


En tenue civile ce vendredi en début de soirée, le coureur a aussi fait part d’une humilité appréciable, avec des remerciements adressés à son entourage, mais aussi des propos appuyés pour la Ville de Dijon dont il dit mesurer toute l’aide qu’elle apporte au monde sportif et en l’occurrence au SCO Dijon, accompagné en quelque sorte dans la formation des champions de demain.
Les paroles de Julien Bernard ont ponctué la cérémonie de belle manière, prolongée par le partage du verre de l’amitié, en présence de personnes ayant compté compté dans l’ascension de Julien Bernard mais aussi de représentants de l’Office Municipal des Sports. Claire Tomaselli, adjointe au maire de Dijon déléguée aux sports était excusée.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier