vendredi 19 juillet 2019
Vendredi soir, C'est Jazzlab Orchestra qui a conclu l'édition 2019, qui a vu passer sur scène Jurassic Blues lundi, Trip Quartet mardi, Heaven mercredi et The Backbeat Proofs jeudi.
Questions à...
A l’issue d’une saison régulière historique en Jeep Elite avec la 3ème place au classement pour la JDA Dijon Basket et à l’approche du premier tour des playoffs, l’entraîneur Laurent Legname fait le point avec Infos-Dijon sur la réussite de son équipe ainsi que ses forces pour poursuivre l’aventure. Entretien.
> SPORT > Autres sports

CYCLISME : La dijonnaise Floriane Burgy à l’attaque des routes de France pour la promotion du cyclisme au féminin

04/07/2019 16:19Imprimer l’article
Son engagement dans le projet «Donnons des Elles au vélo J-1» se traduit concrètement à partir de ce vendredi 5 juillet et jusqu’au 27 juillet.
«La meilleure manière de promouvoir le cyclisme féminin, c’est de faire la Grande Boucle». C’est notamment cette idée qui sert de moteur au projet «Donnons des Elles au vélo J-1», renouvelé pour la cinquième année.

13 femmes pour la Grande Boucle


«J-1», parce que les femmes cyclistes se lancent sur les routes de France la veille du Tour de France masculin. Elles reprennent alors le même tracé que celui de la compétition masculine, sans tenir compte de l’aspect compétitif mais bien pour montrer que «les femmes méritent d’avoir leur Grande Boucle…». La médiatisation est recherchée.
13 femmes, dont 11 Françaises, une Néerlandaise et une Belge, vont montrer qu’elles sont capables de parcourir 3 500 km en 21 étapes. C’est le challenge qui a intéressé la dijonnaise Floriane Burgy, faisant donc partie de ces 13 femmes prêtes à s’élancer sur les routes de France, à des allures moins soutenues que la vraie compétition mais avec l'envie de marquer les esprits autrement.
Alors qu’elle pratiquait régulièrement l’escalade à Chevigny-Saint-Sauveur et au Club alpin français, et la course à pied chez les Crocos à Fontaine-lès-Dijon, elle est tombée sur le projet en se renseignant sur le cyclisme l’été dernier. Depuis juillet 2018, elle s’est alors préparée, au point d’aller jusqu’à quatre entraînements par semaine.

Créer une dynamique plus forte autour cyclisme féminin


Retenue dans le groupe - parmi 120 candidatures au départ -, la licenciée à la section Cyclisme de l’ASPTT Dijon a pu étoffer sa préparation au travers notamment d’un week-end de cohésion et d’un stage en Espagne en février.
Aujourd’hui, elle est d’attaque avec toute l’équipe «pour convaincre de la nécessité d’organisation d’un tour cycliste féminin médiatisé en France pour les professionnelles. Pour promouvoir le cyclisme au féminin en cassant les stéréotypes sur notre sport. Pour fédérer de nombreux sportifs de tout niveau et de toutes disciplines autour d’un peloton fourni qui sillonnera les routes de France».
Devant entamer une huitième année d’études de médecine à la rentrée, en médecine physique et réadaptation, Floriane Burgy, 25 ans, s’attend à un emploi du temps très chargé. Elle qui est interne au centre de rééducation neurologique au CHU Dijon Bourgogne a pris trois semaines de vacances pour pouvoir être de l’aventure, dont elle compte profiter pleinement pour sans doute sa première et unique participation.

«Tout le monde peut venir pédaler avec nous !»


En tant que «dijonnaise pure souche» lâche-t-elle, l’intéressée apprécie également : «Avec plusieurs étapes en Bourgogne-Franche-Comté (Belfort - Chalon, départ de Mâcon pour Saint-Etienne…) cette année, notre belle région sera mise à l'honneur !». Et elle ne manque pas d'insister : «Tout le monde peut venir pédaler avec nous ! Vous pouvez nous suivre et vous informer sur nos points de passages via les réseaux sociaux».
C’est donc ce vendredi que le top départ sera donné. Ne bénéficiant pas d’un blocage des routes, les cyclistes auront tout de même la route ouverte par un motard et seront plus largement encadrées par un staff de 10 personnes (kinésithérapeutes, ostéopathes, mécanicien…).
Floriane Burgy a pu compter sur son copain en tant que coach. Vélo (10 à 12 heures par semaine) mais aussi escalade (3h par semaine) et renforcement musculaire pour prévenir les blessures étaient au programme de sa préparation, pour faire honneur à sa sélection et porter haut le cyclisme féminin.
Elle remarque d’ailleurs : «Sur tous les licenciés à la Fédération française de cyclisme, il n’y a que 10% de femmes…».

Alix Berthier
Photos : Mickael Gagne (Mont Ventoux) et Studio Marie Istil

Plus d’informations sur le projet «Donnons des Elles au vélo J-1» en cliquant ici.