mercredi 12 décembre 2018
Questions à...
Le préfet de Côte-d'Or et de Bourgogne-Franche-Comté, Bernard Schmeltz, a réagi ce samedi pour Infos-Dijon.
> SPORT > Autres sports

RALLYE RAID : Stéphane Bouvier, le pompier au grand coeur à moto sur le Dakar

07/01/2018 04:23Imprimer l’article
Pompier à Dijon et féru de moto cross depuis sa plus tendre enfance, Stéphane Bouvier a pris le départ du Dakar 2018. Un rêve pour ce passionné, qui est passé par un véritable parcours du combattant pour décrocher sa qualificaion et boucler son budget. Rencontre.
A 44 ans, Stéphane Bouvier participe à son premier Dakar. L'aboutissement d'une vie qui s'est partagée jusqu'à présent entre deux passions : les pompiers et la moto. Pompier de Paris durant 15 ans, Stéphane est revenu dans sa Côte-d'Or natale à 33 ans. Il est notamment l'instigateur du projet Pompy, par le biais de son association, qui permet de glisser dans les véhicules de secours des pompiers du SDIS 21 des peluches qui sont offertes aux enfants victimes pris en charge par les sapeurs-pompiers. Un projet lourd, qui demande un investissement personnel constant, et qui révèle la nature profonde de cet homme au grand cœur.
En parallèle, Stéphane Bouvier a toujours pratiqué la moto de cross. Dans des catégories diverses, jusqu'à une participation décisive au rallye du Maroc en 2016, qui lui a ouvert les portes du Dakar. Qualifié sportivement, il lui restait à boucler un budget conséquent pour réussir à participer à la course : 77.600 euros. Une course internationale qui constitue à la fois un rêve et une occasion de promouvoir Pompy, le projet qui revient tout le temps dans sa bouche.
Vélo, piscine, course, le corps aussi a dû être bien préparé pour cette aventure unique à l'autre bout du monde.

La recherche de sponsors


«Moi qui suis pompier, je suis plutôt dans la compassion, dans l'humain, mais pas dans le coté requin d'un commercial. Alors j'essaie de jouer ce rôle mais c'est dur, et parfois, c'est même blessant. Je demande parfois simplement à des entreprises de participer au projet Pompy et de soutenir mon projet sportif pour créer de l'émulation entre partenaires mais je ne trouve pas. Parfois, la petite coiffeuse du coin va me donner 500 euros, mais les grosses entreprises trouvent toujours des prétextes pour ne pas aider : "c'est la crise, c'est compliqué, on n'y arrive pas, on doit être prudent", etc, j'ai tout entendu».

Pompy


«Pompy, ça existait avant sous le nom de Tamalou mais ça végétait un peu chez les pompiers. On le trouvait dans certains départements, en fonction de mecs comme moi qui s'y investissaient, en fonction aussi des financeurs locaux et des SDIS.
Moi par exemple, je n'ai rien. Après trois ans de demande, j'ai exceptionnellement eu une subvention de François Sauvadet, qui me la remise en personne, mais à part lui, rien. A la base, je rêvais même de faire évoluer le projet jusqu'aux autres SDIS de la région, comme la Saône-et-Loire ou l'Yonne par exemple, avec d'autres pompiers qui auraient pu faire le même boulot que moi, soit par l'intermédiaire d'un projet humanitaire, associatif ou sportif. Mais le problème, c'est le financement. Cela nécessite une peluche Pompy par enfant victime, sans critère d'intervention ni d'âge. C'est le pompier, sur le terrain, avec sa sensibilité, qui va juger utile de l'offrir à un enfant. C'est une aventure humaine.
Pompy, ça reste pour moi l'objectif numéro 1. Ça ne me rapporte rien et ça complique même la compréhension de mon projet à vrai dire. Les gens ont du mal à comprendre le rapport entre ce mec qui fait de la moto et les peluches Pompy.»

La moto depuis l'enfance


«J'ai toujours baigné dans la moto. Depuis tout petit, mon père m'emmenait sur les terrains de cross. Tous les week-ends, nous y allions, et ensuite, ça s'inscrit dans les gènes. A dix huit ans tout juste, je suis parti chez les pompiers de Paris. J'étais déjà jeune sapeur-pompier à Saint-Seine-l'Abbaye, puis cadet et volontaire, et j'ai ensuite passé 15 ans chez les Pompiers de Paris. Et à l'âge de 33 ans, j'ai passé des examens pour devenir pompier civil et je suis revenu ici. J'aurais pu revenir n'importe où en France, du moment qu'il y ait une certaine activité motocycliste ! Je n'avais jamais arrêté. A Paris, ma première paye a servi à acheter de l'équipement de moto-cross. De la Normandie au Centre, à la Bourgogne Franche-Comté et aux Ardennes, j'ai fait un peu toutes les compétitions régionales. J'ai fait quelques piges en championnat de France, mais ça coûte cher.»

Les compétitions


«J'ai été champion de Bourgogne vétéran en 2014. Face aux jeunes qui n'ont peur de rien, aujourd'hui, ce n'est plus possible de jouer la victoire. J'en suis à treize fractures… on a parfois des périodes de doute mais ça ne freine pas la passion. Je me dis toujours que ça se répare. Mais quand on ramasser des morts et des blessés avec les pompiers, c'est aussi un défi à la vie.
Dans la moto cross, c'est un défi permanent. Le but du jeu, c'est toujours de rouler dans la catégorie au-dessus.
On commences en amateur, puis on progresse. Aujourd'hui, je suis en catégorie ligue 2, 450 cm3 (grosses cylindrées).»

Le Dakar


«C'est l'enduro qui m'a rapproché de l'idée du Dakar car on y fait jusqu'à 360 km dans la journée. Le rallye, c'est un truc que je regardais depuis tout petit avec mon père et qui me faisait rêver. On a l'impression que c'était plus médiatisé à l'époque, mais c'est une vision franco-française. Aujourd'hui, le Dakar, c'est un milliard de téléspectateurs, et c'est très tourné vers l'Amérique du Sud et l'Asie pour les gros sponsors de l'épreuve qui cherchent des marchés.
Le Dakar, on y pense, on en rêve, et un jour, on se dit que c'est possible. Ensuite, il faut s'organiser pour trouver de l'argent car ce n'est pas une paye de pompier qui permet de financer un projet comme ça. Sur les 136 inscrits, je pense qu'il n'y a pas beaucoup de mecs comme moi. Pour moi, c'est venu en 2014, et j'ai monté le dossier en octobre 2016 en rentrant du rallye du Maroc. C'est une épreuve de championnat du monde sélective pour le Dakar. J'ai marqué 4 points au championnats du monde et je me suis retrouvé 29e sur 54. Les meilleurs pros, c'est un autre monde. Ils sont à plus de 130 km/h de moyenne sur un rallye-raid, alors que moi, je suis  à peine à 80. Mais il faut savoir naviguer, ne pas se perdre… et c'est comme ça qu'on peut marquer des points. Moi, mon objectif, c'est d'y aller étape par étape, et de toujours finir, même dernier.»

Pompy, l'association et le budget


«J'ai créé l'association en 2013. Mais je n'ai pas eu la reconnaissance d'intérêt général pour l'association Pompy car j'ai expliqué que j'allais monter des projets d'aventure aussi au sein de l'association. Mais Pompy est toujours prioritaire. Par exemple, pour partir au Dakar, j'avais d'abord pour objectif de réunir l'argent pour financer 1000 Pompy. Je les paye entre 7 et 10 euros chacun… J'explique à tout le monde que je fais ça en Côte-d'Or et que j'espère le faire mûrir avec des projets sportif internationaux, comme le Dakar par exemple. Mais c'est vrai que les gens pensent parfois que je fais Pompy juste pour payer ma moto. Mais ce n'est pas ça. Les sponsors décident eux-même quelle somme ils mettent dans Pompy et quelle somme ils mettent dans la compétition. Certains ne donnent que pour Pompy, d'autres que pour la moto. L'objectif, c'est de mettre entre 18 et 21 peluches par VSAB de Côte-d'Or. Quand un enfant est en situation de détresse parce que ses parents sont blessés par exemple, Pompy est un vrai outil pédo-psychologique. On lui offre une peluche, on lui explique que le 18, ça permet d'appeler les pompiers, qu'avec lui, il peut toujours joindre les secours, et en même temps, ça devient un jouet qu'on lui offre.»

Son pire souvenir en moto :


«C'était en 2015, à 100 kilomètres de l'arrivée à Agadir. Je n'avais pas eu le temps de bien préparer mon road-book et n'ai pas vu un trou. J'ai eu l'impression de percuter un camion. Ma tête a tapé dans le guidon, le casque s'est fracassé en deux. Je me relève, en sang, et je vois ma moto à 100m. Je me suis dit "pourvu qu'elle ne soit pas cassée". Je suis quand même arrivé au bout mais je ne savais presque plus faire de moto. Je suis arrivé sur le podium mais je n'avais pas du tout envie de sourire…»

Son meilleur souvenir :


«Au Maroc toujours. C'est quand vous vous éclatez dans les dunes, et que vous avez le soleil qui se lève, le matin, et les enfants qui viennent en vélo sur le chemin de l'école pour vous voir passer. Et puis il y a des images marquantes, en particulier de ces enfants. On est dans la compétition et on voit des choses qui nous font passer par des étapes psychologiques uniques.»

Pour tout savoir :

www.bouvier-rallye-raid.fr
Page Facebook : Bouvier Rallye Raid
Cliquez ici pour voir les sponsors de Stéphane Bouvier sur le Dakar 2018




 
?>