lundi 16 décembre 2019
Trois jours de débats attendent les conseiller régionaux à partir de mercredi pour voter le budget primitif de la collectivité et aborder d'autres sujets ayant trait au développement économique, à l'agriculture ou encore à l'énergie. La présidente du conseil régional Marie-Guite Dufay a fait le point ce mardi sur le budget.
Questions à...
À l'occasion des 70 ans de la fondation de la première communauté Emmaüs par l'abbé Pierre, Anne-Marie de Bailliencourt présente les évolutions de la communauté installée à Norges-la-Ville, en périphérie de Dijon.
> SPORT > Basket

Laurent Legname : «On aura des objectifs ambitieux»

14/08/2019 07:23Imprimer l’article
Le coach de la JDA Dijon Basket a répondu aux questions d’Infos-Dijon à l’occasion du retour de son équipe à l’entraînement. L’occasion pour lui de se montrer à la fois prudent et ambitieux :
- «La très bonne saison de l’an passé, il faut l’oublier»
- «Le premier objectif, c’est de ne pas descendre»
- «Il n’y a que 6 places pour 16 équipes en playoffs»

Êtes-vous satisfait du recrutement ?


Je vous dirai ça à la fin de la saison. Dans l’idée, le club, le staff et moi sommes plutôt satisfait, oui, mais c’est le terrain qui parlera. On a essayé de construire l’équipe la plus complémentaire possible, la plus performante possible, avec les moyens que l’on avait à disposition. Je trouve que c’est une équipe construite de façon intelligente, avec des joueurs complémentaires, et qui ont tous déjà joué au moins une saison en Jeep Elite. On a su garder un socle de cinq joueurs, et c’est à moi et à mon staff de travailler et de faire en sorte que l’alchimie se crée le plus vite possible, que les joueurs intègrent ma philosophie pour obtenir les meilleurs résultats.



La très bonne saison de l’an passé, on l’oublie ou on s’en nourrit ?


Il faut l’oublier ! Chaque saison, on repart de zéro. C’est une nouvelle aventure. Je sais bien que les gens nous attendent et en reparlent. Ce qu’on a fait restera, mais maintenant, il faut l’oublier. Le meilleur moyen de se planter serait d’y repenser et de se référer à ça. Il faut repartir d’une page blanche, avec de nouveaux objectifs. Toutes les équipes se sont bien renforcées et on sait qu’il y aura trois descentes en fin d’année donc se sera la saison de tous les dangers. A nous de nous préparer au mieux pour avoir les meilleurs résultats possibles.

Vous parlez de nouveaux objectifs. Quels sont-ils ?


On les fixera plus tard avec le président et l’ensemble du club. Mais déjà le premier objectif, c’est de ne pas descendre. Ça, c’est sûr. Après, on sait très bien que depuis deux, trois, quatre ans, on a des objectifs ambitieux, parce que on se donne le droit de l’être. On veut viser haut. Parfois ça a marché et parfois ça n’a pas marché, mais on aura des objectifs ambitieux, comme les autres années.

Vous êtes en train de donner le goût des playoffs aux supporters. Ils ont devenir de plus en plus exigeants, non ?


Comme toutes les équipes, on a envie de participer aux playoffs. Il y a 18 équipes qui ont envie de le faire, et à mon avis, il y a deux places déjà acquises à l’Asvel et à Monaco. Donc il ne reste plus que 6 places pour 16 équipes. Je pense qu’entre les playoffs, le ventre-mou et la descente, il y aura très peu d’écart… Après, on connaît les aléas d’une saison, avec les blessures, la Coupe d’Europe pour nous, etc. Donc prenons les choses match par match et on verra au fil de la saison où ça nous mènera.

Parlez-nous de la dernière recrue de l’été, Richard Solomon. Quelles sont ses qualités et qu’attendez-vous de lui ?


C’est un joueur très athlétique, qui est dissuasif, qui est long, qui est bon rebondeur, qui, en attaque, est très bon sur pick-and-roll. Il flashe vite et a une très bonne finition, notamment par des dunks. Il est très actif. C’est un profil différent de ce qu’on a eu par le passé, mais c’est un joueur qui a joué à Gravelines il y a trois ans. Moi, je le suivais. On a pu l’avoir, et je pense que ça peut être une bonne pioche. Et lui aussi a envie de montrer sa progression et de prouver qu’il a des qualités. Tout ça, comme pour les autres, se fera au fil des entraînements, pour voir son potentiel et aider l’équipe.

En quoi consiste le travail depuis la reprise de l’entraînement la semaine dernière ?


On travaille les fondamentaux individuels, les fondamentaux collectifs, tout de suite avec le ballon. On a deux entraînements par jour pendant trois ou quatre semaines, avec la préparation physique le matin, avec Kévin, le préparateur, et basket l’après-midi, mais sur nos principes de jeu.
Recueilli par Nicolas Richoffer
Photos N.R.