jeudi 22 août 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> SPORT > Football

Alex Rúnarsson avant PSG - DFCO : «Quand tu joues contre Paris, tu sais que ça va être difficile… Mais on doit penser à nous»

17/05/2019 14:48Imprimer l’article
Le gardien dijonnais, numéro 1 en cette fin de saison, était en conférence de presse ce vendredi en fin de matinée aux Poussots. Son intégration cette saison, sa préparation pour le match contre le PSG… Retour sur ses propos.
Si le DFCO l’a emporté contre Strasbourg il y a une semaine (2-1) et peut encore jouer le maintien, c’est évidemment grâce au but marqué au bout du temps additionnel de la seconde période. C’est aussi grâce à la performance du gardien dijonnais ayant réalisé plusieurs arrêts salvateurs pour permettre à son équipe d’y croire encore lorsqu’il y avait égalité entre les deux équipes. Ça fait d’ailleurs plusieurs semaines qu’Alex Rúnarsson se tient en numéro 1 devant la cage dijonnaise.

«J’étais toujours à l’entraînement pour être prêt»


Il l’admet, son intégration a été difficile cette saison, «plus difficile que ce que j’imaginais». «J’ai beaucoup appris», mesure-t-il aujourd’hui, lui qui a dû accepter la concurrence engendrée par la bonne forme de Bobby Allain. Il dit à ce propos : «C’est comme ça quand tu es gardien et joueur de football. Il faisait des meilleurs matchs que moi, il était meilleur que moi donc c’était normal. Moi, j’étais toujours à l’entraînement pour être prêt».
Sur l’acclimatation dans le groupe, l’Islandais, ayant suivi des cours de français pour progresser dans une langue pour laquelle il avait tout de même des bases, confie aussi que les parties de golf avec Florent Balmont et Romain Amalfitano ont fait du bien. Le gardien estime qu’il a passé un cap dans son intégration dans le courant du premier trimestre de cette année, «à partir de février-mars».
Le voici à la veille de défendre la cage dijonnaise au Parc des Princes - comme le 26 février dernier (3-0 pour le PSG) -, dans un match pour le coup qui doit compter beaucoup pour la survie du DFCO en Ligue 1, l’équipe dijonnaise pouvant maintenir l’espoir de maintien avant la toute dernière journée du championnat ou bien, dans le pire des cas, être mathématiquement reléguée en Ligue 2 à l'issue de cette 37ème journée.

«On va y aller pour faire un résultat»


Comment Alex Rúnarsson aborde ce rendez-vous crucial ? «Comme tous les autres matchs». Il se présentera dans l’état d’esprit d’avoir une chance à saisir. Il lance même : «C’est pour ça que le foot est beau, car tout est possible. On va y aller pour faire un résultat».
Pour ce qui est de l’espoir et de la possibilité de l’exploit, l’international islandais prend l’exemple de son équipe à l’Euro 2016 (parcours jusqu’en quarts de finale de la compétition après avoir éliminé l’Angleterre au tour précédent).
Sur le match de ce samedi (coup d’envoi à 21h00 au Parc des Princes), malgré l’enjeu évoqué, Alex Rúnarsson ne souhaite pas l’aborder avec une pression particulière ou en s’y préparant d’une manière différente. Lors de ses dernières sorties face au PSG, le gardien avait pris beaucoup de buts sans pour autant être inexistant. Il a même fait que le DFCO n’en a pas pris beaucoup plus…
Cette fois-ci, il faudra sortir une performance XXL pour repousser les assauts offensifs d’une équipe parisienne dont il ne doute pas qu’elle saura pallier ses absences. «Quand tu joues contre Paris, tu sais que ça va être difficile… Mais on doit penser à nous», insiste-t-il.
Pour penser à l’exploit, il faut commencer par y croire. Alex Rúnarsson se prépare dans cet optique-là.

Alix Berthier
Photo : Alix Berthier