samedi 20 avril 2019
Une opération de grutage est effectuée en ce milieu de semaine du côté de la place de la Libération.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> SPORT > Football

FOOTBALL : Antoine Kombouaré veut voir ses joueurs réagir à Nîmes

13/02/2019 17:15Imprimer l’article
Pour le compte de la 25ème journée de Ligue 1 Conforama, le DFCO se déplace à Nîmes ce vendredi en début de soirée (coup d’envoi à 19h00). Retour sur la conférence de presse d’avant-match de l’entraîneur dijonnais Antoine Kombouaré.
«J’ai senti des joueurs vexés. Mais ce que j’attends, ce sont les réponses, les actes forts». Antoine Kombouaré n’y va par quatre chemins. Après la défaite contre Marseille au stade Gaston-Gérard vendredi dernier (1-2), la première sous sa direction à domicile mais aussi la deuxième consécutive depuis son arrivée, le coach parle de «rectifier le tir». Il souhaite notamment «ne pas prendre de buts là-bas», à Nîmes. Car à l’écouter, en avoir pris deux à domicile, c’est trop.

Des Nîmois dont il faut se méfier


A l’heure d’évoquer les prochains adversaires du DFCO, on sait qu’Antoine Kombouaré aime bien se baser sur les données chiffrées.
Pour ce qui est du Nîmes Olympique, il note ses 33 points, qui lui valent une 11ème place au classement de la Ligue 1. Avec 35 buts marqués, les Nîmois affichent aussi la cinquième attaque du championnat. «Là où ils font la différence, c’est sur le plan offensif», retient l’entraîneur dijonnais, en faisant remarquer que le Nîmes Olympique est «une des équipes qui centre le plus, qui frappe le plus», une équipe «à l’aise en transition, en contre» dont le schéma tactique tend vers le 4-2-4 selon le coach du DFCO. C’est dire qu’il faut se méfier des prochains adversaires des Dijonnais.
Pour Antoine Kombouaré, n’excluant pas d’avoir le ballon dans ce match, ses joueurs se doivent d’être «prêts à jouer, prêts au combat», pour ramener le point du match nul voire la victoire face à une équipe ayant toutefois encaissé sensiblement le même nombre de buts que l’équipe dijonnaise (35 buts encaissés en 24 matchs par Nîmes contre 36 en 23 matchs pour le DFCO).

«La concurrence doit être saine et acceptée»


«A l’aller (le 3 novembre 2018), ça s’était soldé sur un cuisant 4-0…», se rappelle Antoine Kombouaré même s’il n’était pas encore au poste de coach. Dernièrement on l’a dit, l’entraîneur actuel du DFCO peut parler d’une défaite dans laquelle «trop de joueurs n’ont pas été au niveau». L’occasion pour lui d’insister sur une concurrence devant faire réagir au sein du groupe.
Changer les joueurs, tester d’autres options, non pas pour plomber certains éléments mais pour gagner à nouveau et faire du bien au DFCO, Antoine Kombouaré se montre clair là-dessus : «La concurrence doit être saine et acceptée. Elle va amener de l’émulation et surtout des résultats je l’espère». Lui qui peut profiter du retour prochain de quasiment tous les blessés.
Si Benjamin Jeannot est toujours aux soins et avance avec précaution dans une phase de reprise, et que Mickaël Alphonse est touché au mollet (à l'aponévrose sans doute), Valentin Rosier a repris l’entraînement avec le groupe, de même que Frédéric Sammaritano. «Naïm Sliti a fait une semaine complète. On a du monde, c’est bien», apprécie l’entraîneur dijonnais.
Sur les perturbations dans le calendrier ou bien les matchs au-delà de cette 25ème journée de Ligue 1 qui se profile, aucune excuse n’est cherchée et aucune projection exagérée n’est faite du côté du staff. L’adaptation et la persévérance sont essentielles dans cette course au maintien, où le DFCO est 17ème avec un match en moins sur la concurrence directe actuelle (un point derrière Amiens et un point devant l’AS Monaco).

Alix Berthier
Photo : Alix Berthier