vendredi 22 mars 2019
Avec notre vidéo de la manifestation.
Youth for climate Dijon a réussi à mobiliser environ 2000 lycéens et étudiants dijonnais à l'occasion de la grève et marche pour le climat ce 15 mars, suite à l'appel de Greta Thunberg.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> SPORT > Football

FOOTBALL : Benjamin Jeannot sans langue de bois sur la situation du DFCO en Ligue 1…

14/03/2019 15:26Imprimer l’article
L’attaquant du DFCO s’est exprimé très franchement et sans détour ce jeudi en fin de matinée en conférence de presse.
Son dernier match avec l’équipe professionnelle du DFCO fut le 22 décembre à Saint-Etienne, avant une blessure au mollet début janvier qui l’avait donc tenu éloigné des matchs officiels jusqu'à cette mi-mars, plus justement jusqu’à ces dernières semaines si on prend en compte sa remise en rythme en équipe réserve.
Mardi soir, il fut carrément titulaire face au PSG. «Pour un retour, ce n’était pas le match le plus facile…», admet l’attaquant, dont l’équipe n’a pas réussi à marquer un but et en a surtout encaissé quatre. Concédant que les automatismes sont à retrouver pour lui, notamment sur les appels, il dit avoir retrouvé de bonnes sensations sans ressentir de douleur au mollet.
Ce match de retour, il en est sorti à la 83ème minute de jeu (remplacé par Chang-hoon Kwon). Sa titularisation ? Une surprise pour lui, même s’il entend «profiter à fond, que ce soit Paris ou une autre équipe».

Guingamp, c’est un tournant


La prochaine équipe adverse pour le DFCO, c’est Guingamp ce samedi, pour un match qui peut être qualifié de tournant. Le DFCO, 18ème au classement de Ligue 1 avec 21 points, se déplace en terre bretonne chez la lanterne rouge avec ses 19 points… Intercalé entre les deux équipes, il y a aussi le Stade Malherbe de Caen à 20 points…
Le match à jouer est crucial dans la course au maintien. Avec 9 journées de championnat qui resteront à disputer ensuite, cette affiche ne figerait pas tout, mais le résultat pèsera beaucoup, sur le plan comptable quand même sachant que la 17ème place est déjà difficile à accrocher et forcément dans les têtes, sur un plan plus psychologique mais ô combien déterminant dans cette fin de saison.

«Il ne faut pas se comporter comme ça quand on est à notre place»


Benjamin Jeannot insiste d’ailleurs là-dessus : «Ça va être le mental, l’équipe qui en voudra le plus qui l’emportera. Capables de l’avoir ? Il faut l’être et je ne sais pas si on l’est. C’est sûr qu’on a des failles sinon on ne serait pas à cette position. L’année dernière, on prenait des buts mais on savait qu’on allait revenir car on ne lâchait rien.
Cette année, c’est plus difficile mais j’espère que tout le monde a pris conscience de la situation. Il ne faut plus se poser de questions, il faut foncer en en voulant plus que les autres. Il y a des comportements qui peuvent alerter, car on dirait qu’on ne joue pas le maintien. Quand on mène ou quand on prend un but, on dirait qu’on abandonne après... Il ne faut pas se comporter comme ça quand on est à notre place».

«Il faut que tout le monde se bouge»


Ses propos ont le mérite d’être francs et clairs, surtout qu’il peut parler de maintien pour l’avoir déjà vécu avec Lorient. «On a à peu près le même groupe qu’à Lorient. On est des bons mecs, il n’y a pas de clans, tout le monde s’entend bien, mais ce groupe manque de leaders.
Il y a quand même Flo (Florent Balmont) avec son expérience. A 39 ans, c’est le plus compétiteur, celui qui harangue tout le monde. Ce n’est pas normal aussi je trouve. Il faut que tout le monde se bouge, ne pas avoir peur de s’encourager et de se bousculer quand quelqu’un fait une erreur», ajoute le joueur de retour de blessure, prêt à avoir un vrai rôle dans la course au maintien, mais qui admet que les attitudes au sein du groupe dijonnais ne sont pas judicieuses : «On n’a pas envie de se froisser. On pense que l’autre va mal réagir. On n’a pas envie de le blesser alors que c’est pour le bien de l’équipe. On manque de caractère».
Et il poursuit : «Certains s’en foutent peut-être de descendre en Ligue 2… Certains se disent qu’ils sont déjà heureux d’être en Ligue 1 et que si on descend, c’est pareil… Certains en fin de contrat pensent peut-être déjà à s’en aller… C’est pas évident… Quand un club est mal classé, il y a toujours des mecs qui essaient de tirer leur épingle du jeu pour s’en sortir».

«Il n’y a pas que nos cas personnels»


L’attaquant de 27 ans, arrivé au club à l’été 2017 pour quatre ans, après trois saisons passées au FC Lorient, insiste bien sur le fait qu’«une descente est terrible», en pensant en l’occurrence plus collectif : «Il n’y a pas que nos cas personnels, il y a des salariés derrière, des supporters. Quand on voit tout ce que le président fait pour nous, on ne doit pas calculer».
Benjamin Jeannot assure que le président du DFCO Olivier Delcourt «est là tous les matins», sans oublier une causerie au groupe la semaine dernière... Pour le joueur, il est évident que c’est à l’équipe d’honorer la confiance placée en elle sur ces dix derniers matchs de la saison.
Avec aussi une certaine empathie pour son coéquipier Julio Tavares, qui n’a plus marqué en Ligue 1 depuis le 18 août 2018 (doublé contre le FC Nantes : «L'année dernière, il m'apportait beaucoup. Il est en manque de confiance. C’est dommage de le voir souffrir comme ça. Il faut que tout le monde l’aide».

Alix Berthier
Photo : Alix Berthier


 
?>