dimanche 26 mai 2019
Les neuf artistes annoncés présentés par neuf clips.
Questions à...
L'adjointe à la culture sera aux premières loges vendredi pour l'inauguration et la réouverture du Musée des Beaux Arts de Dijon. Un moment qu'elle attend avec «fébrilité, impatience et curiosité».
> SPORT > Football

FOOTBALL : «Je donnerai mon maximum», assure Sory Kaba

04/02/2019 17:46Imprimer l’article
Recruté dans les dernières heures du mercato hivernal de Ligue 1 par le DFCO, pour 4 millions d’euros, l’attaquant guinéen Sory Kaba arrive avec l’envie de tout donner sur le terrain et de progresser en s’inscrivant totalement dans le projet du DFCO. Il était en conférence de presse ce lundi après-midi aux Poussots.
La signature de Sory Kaba au DFCO a donc été officialisée jeudi dernier en fin de soirée, un peu plus d’une heure avant la clôture du mercato hivernal de Ligue 1. Il s'agissait du premier choix du DFCO, parmi les options qu'avait le club à l'occasion de ce marché d'hiver.
Les premiers contacts étaient établis avec Sébastien Larcier, responsable de la cellule de recrutement du DFCO. Le club dijonnais, Sory Kaba en avait entendu parlé par son ami Mouhameth Sané (joueur au DFCO en 2016) mais aussi plus récemment avec la signature d’Antoine Kombouaré au poste de coach.

«Une opportunité unique, un challenge»


«Ce qui m’a séduit, c’est l’appel du coach», dit-il d’ailleurs. Un appel à une dizaine de jours de la fin du mercato. Avant de se décider, il a aussi pu avoir un de ses compatriotes guinéen, Jules Keita, qu’il ne connaissait pas personnellement, juste au travers de sa présence sur les réseaux sociaux en Guinée.
Alors qu’il avait l’intention de terminer cette saison à Elche en Liga 2 en Espagne, Sory Kaba assure que la décision de signer à Dijon n’a «pas été difficile à prendre». Pouvoir évoluer dans un championnat de France de Ligue 1 bien vu en Guinée, dans club et une ville de Dijon dont il note une certaine proximité avec Paris où il a de la famille, le joueur voit cela telle «une  opportunité unique, un challenge» pour grandir en tant que footballeur. Il arrive avec l’envie de progresser «dans un championnat plus physique par rapport au championnat espagnol».
Ayant fait ses premiers pas dans la capitale régionale vendredi dernier, il s’est ce dimanche entraîné avec certains de ses nouveaux coéquipiers. Le principal intéressé peut déjà apprécier : «C’est à moi de m’adapter, et franchement ils font des efforts pour faciliter mon intégration dans le groupe».
Il travaille désormais pour être dans celui communiqué les veilles de matchs par Antoine Kombouaré, pour jouer dès ce mardi en fin de journée en Coupe de France (contre Iris Club de Croix). A l’heure où nous écrivions ces lignes, la qualification du joueur n’était pas encore officielle, sachant que les documents nécessaires à la validation de sa licence par la LFP ont été transmis en fin de matinée. Normalement, ça devrait le faire.

Un profil qui manquait selon son coach…


«On attends le feu vert de la Ligue. Tout a été fait dans ce sens-là en tout cas», confirme l’entraîneur du DFCO, présentant son nouveau joueur tel un élément «de grande taille, le profil qui manquait au DFCO, puissant, mobile, qui pèse sur les défenses adverses et qui peut marquer des buts (8 réalisations en 20 matchs cette saison avec Elche)». Quant aux attentes placées en cette recrue hivernale, la plus chère de l’histoire du club, Antoine Kombouaré n’en fait pas le messie mais compte bien tirer le maximum d’un jeune attaquant de 23 ans devant clairement «aider le club à aller chercher le maintien». Le coach compte sur les efforts du nouvel arrivant pour s'intégrer «dans un groupe qui vit bien» et peser dans le jeu, «qu'il soit décisif, qu'il marque des buts».
Sa taille (1,91 m), sa carrure et ses atouts évoqués font penser à un joueur qui serait très efficace à la pointe de l’attaque, là où se trouve déjà le capitaine dijonnais Julio Tavares, d’ailleurs en délicatesse dans la finition devant les cages adverses depuis plusieurs semaines… L’arrivée Sory Kaba est-elle une mise en concurrence, ou bien un apport, un soutien, dans une association des deux joueurs ? «Tout est possible», répond le coach, n’en dévoilant pas plus sur ses plans afin de maximiser le rendement de son attaque.

«Je préfère qu’on me juge sur le terrain»


Sory Kaba nous dit lui-même à propos de Julio Tavares : «Je pense que je peux jouer avec lui mais on apprend à se connaître. Il a plus d’expérience que moi». Le nouveau joueur du DFCO préfère plutôt répéter : «Je suis là pour apprendre et continuer à progresser. Pour l’instant, j’espère m’adapter le plus vite possible et apporter ce que je dois apporter».
Passant outre le prix de son transfert, qu’il ne prend pas comme une pression mais une responsabilité, il annonce : «Je préfère qu’on me juge sur le terrain. Je pense surtout apporter au club du travail. Chaque fois que je rentrerai, je donnerai mon maximum».
Avant de penser à une possible sélection pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations avec la Guinée (fin juin à fin juillet 2019), Sory Kaba se concentre sur sa nouvelle aventure dijonnaise, pour laquelle il a signé un contrat de 4 ans et demi.
Et sur le terrain, elle pourrait bien débuter dès ce mardi. «J’espère être qualifié parce que je suis impatient», lance-t-il. Impatient, c’est déjà le sentiment qui l’animait lors de ses premiers pas dans l’environnement du DFCO vendredi dernier.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier

Les premiers pas de Sory Kaba au DFCO :

(YouTube DFCO Officiel)