jeudi 22 août 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> SPORT > Football

FOOTBALL : Le DFCO sortira-t-il de la spirale négative ?

23/12/2018 20:11Imprimer l’article
Battu à Saint-Etienne samedi soir (0-3), le DFCO a conclu une première partie de championnat marquée par une descente vertigineuse dans le bas du classement de Ligue 1 Conforama. Retour sur ces derniers mois de compétition.
Le score du dernier match est peut-être encore sévère, mais toujours est-il que l’addition est lourde sur le papier, et elle pèse encore un peu plus sur le bilan de mi-saison du DFCO.
Ce constat, nous avons été amenés à le faire plusieurs fois au cours de cette première partie de saison. Celui d’une équipe dijonnaise étant loin d’être ridicule ou à la rue dans jeu, mais n’arrivant pas à concrétiser les bonnes choses et s’enlisant au contraire dans des travers à l’encontre de la rigueur ou bien du collectif, tel que le fait remarquer assez implicitement, et en l'occurrence régulièrement ces dernières semaines, l’entraîneur Olivier Dall’Oglio au cours des conférences de presse d’avant-match.

Une entame de championnat peut-être «trop» bonne


D’où vient le problème ? Où se trouve la solution ? Il est difficile aujourd’hui d’y trouver une réponse claire pour une équipe dont le staff assure tout de même que le travail se poursuit, que les problèmes, tant au niveau de la confiance que des recadrages individuels à opérer sur le terrain, sont identifiés et abordés.
On peut revenir d’abord sur l’entame de championnat, qui était certes belle pour le DFCO - 3 victoires consécutives contre Montpellier, Nantes et Nice avec 8 buts marqués et un seul encaissé - mais certainement pas tenable pour une équipe dont le maintien était annoncé avant même l’ouverture du championnat comme l’objectif prioritaire.
Le DFCO a-t-il commencé trop fort au point de se relâcher et de tomber dans une spirale négative aujourd’hui compliquée à endiguer (10 défaites pour une seule victoire sur les 15 matchs ayant suivi) ? L’excès de confiance n’est pas à exclure, mais disons plutôt que le DFCO n’est pas parvenu à gérer plusieurs adaptations, comme notamment les sollicitations de plus en plus fréquentes de nombre de ses titulaires dans les différentes sélections nationales.
Et puis il y a également le cas des recrues.

Le top 10 est à oublier


Alors que le mercato estival du DFCO pouvait être jugé de qualité, celui-ci ne s’est pas traduit dans les faits. Surtout que les deux recrues annoncées majeures, ou en tout cas les plus à même d’apporter de l’expérience afin de faire grandir une équipe dijonnaise faisant quand même la part belle à la jeunesse, n’ont à l’heure d’aujourd’hui toujours pas réussi pleinement leur intégration.
Le défenseur Laurent Ciman peine à s’imposer en charnière centrale (où Papy Djilobodji n’est plus là…), et Yoann Gourcuff traîne quant à lui comme un boulet sa fragilité physique malgré une envie de participer aux orientations et autres réflexions entourant les entraînements et les préparations de matchs.
Ajoutez à cela un attaquant comme Julio Tavares en grosse crise de confiance, ou bien une infirmerie souvent bien remplie, et vous avez une équipe dijonnaise qui s’est retrouvée à gérer les ennuis et imprévus plutôt qu’à avancer dans la continuité d’un exercice 2017-2018 que le DFCO avait terminé aux portes du top 10 en championnat.

Bien mal en point mais pas au fond du trou


Au soir de la 19ème journée de Ligue 1, fin 2017, le DFCO était même dans ce top 10, avec 24 points et 7 victoires au compteur. A l’heure actuelle, on en est loin, avec 16 ponts et 4 victoires en 18 journées. Au lieu d’une place dans le top 10, c’est celle provisoire de barragiste qu’occupe le DFCO…
Autrement dit, en rappelant tout de même que le club n’avait pas souhaité s’emballer après la bonne saison dernière évoquée, c’est bien l’esprit du maintien qui revient au premier plan.
Ayant déjà encaissé 31 buts cette saison (contre 33 avec un seul match en plus à la même période l'an dernier), la stabilité défensive est à régler. Mais relancer la machine sur de bonnes bases passera aussi par le fait de retrouver plus fréquemment le chemin du but. Car disons-le aussi, le DFCO est pris dans une spirale mais n’est toutefois pas au fond du trou. Seulement, en 18 matchs cette saison, le DFCO a marqué 12 buts de moins qu'en 19 matchs la saison dernière (16 contre 28). Le clé se trouve d'ailleurs très certainement dans l'efficacité offensive manquant cruellement aux Dijonnais. Pour, on en parlait, enfin faire que les matchs sans domination outrageuse des adversaires tournent du côté du DFCO. 19 autres journées (même 20 pour cause de report) se présenteront aux joueurs de la Cité des Ducs l’année prochaine.
Avant de reprendre par la Coupe de France début janvier, la trêve de Noël (pour le coup devant profiter à tous les joueurs même les internationaux) d’une quinzaine de jours ne peut qu’être bénéfique souhaitons-le. Il est l’heure de se ressourcer avec de joyeuses fêtes de fin d’année, à défaut d’avoir pu le faire ces derniers temps sur les terrains.

Alix Berthier
Photo : Vincent Poyer / DFCO