samedi 20 avril 2019
Une opération de grutage est effectuée en ce milieu de semaine du côté de la place de la Libération.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> SPORT > Football

OLIVIER DALL’OGLIO : «Pour moi, c’était une surprise totale»

12/02/2019 21:40Imprimer l’article
Ex-entraîneur de l’équipe professionnelle du DFCO, Olivier Dall’Oglio était l’invité de l’émission «Le Décrassage de Luis» sur BeIN Sports. Son éviction du club dijonnais au retour de la trêve hivernale a été abordée.
Surprise. C’est le sentiment qui avait été largement partagé au sujet de l’éviction d’Olivier Dall’Oglio du DFCO. Un licenciement, rappelons-le, que le président Olivier Delcourt a officialisé au retour de la trêve hivernale. Depuis, on le sait, le président dijonnais fait entièrement confiance à Antoine Kombouaré.

«Ça a été rude»


Olivier Dall’Oglio lui aussi se dit «très très surpris». Sur le plateau de l’émission de Luis Fernandez ce lundi, il est revenu sur son éviction : «C’est un projet qu’on a monté avec le président depuis 6 ans et demi. On s’était projetés sur le mois de janvier, sur le mercato, comment on allait réagir… On savait qu’on allait récupérer Kwon, on savait qu’on avait besoin de recruter… Je le voyais comme positif et du jour au lendemain, ça s’est arrêté, ce n’est pas simple».
Selon l’ex-entraîneur dijonnais, qui l’était encore fin décembre avant l’annonce officielle d’Olivier Delcourt juste avant la nouvelle année (lundi 31 décembre), il n’y avait pas de signes avant-coureurs de son licenciement. «On dit que, pour devenir grands, les entraîneurs ont besoin d’être limogés… Ça a été rude, c’est abrupte, c’est sec», dit-il également à l’antenne de BeIN Sports.
La victoire à Nice en début de saison (le 25 août), la troisième en trois matchs de championnat, a-t-elle fait plus de mal que de bien pour la suite de la première partie de saison ? Olivier Dall’Oglio en parle : «Il y a eu enflammage après, même si l’on sait qu’il faut calmer tout le monde et que ce n’est que le début du championnat. Avec le recul, ça nous a vraiment desservis».

Une confiance non retrouvée…


Le DFCO, n’ayant pas eu «trop de chances», avec «un peu moins d’efforts», est tombé «dans une perte de confiance» d'après ODO. Une autre perte de confiance, quant à elle qui perdure, celle de Yoann Gourcuff a aussi été vécue comme «une souffrance» par Olivier Dall’Oglio, dont le pari n’a pas porté ses fruits.
«Le corps et l’esprit, les deux sont liés. D’où vient le mal ? Je suis incapable de le dire, je pense que le mal est profond. Quand je le voyais s’entraîner, il était déjà en difficulté. Ça a été une souffrance et j’étais malheureux pour lui. On a essayé de faire beaucoup de choses pour lui, d’alléger les séances, de le mettre dans les meilleures conditions... Il faut reconnaitre qu’on n’y est pas arrivés». Quant aux autres recrues, s'il admet que le défenseur Laurent Ciman - dont le contrat a été résilié fin 2018 - ne s'est jamais adapté, l'ex-coach dijonnais pense que le temps était et est nécessaire à l'adaptation des autres joueurs arrivés au mercato estival.
Même s’il aura marqué l’histoire du DFCO en faisant continuellement progresser l’équipe professionnelle depuis 2012, Olivier Dall’Oglio n’a pu faire mieux que 4 victoires, 4 matchs nuls et 10 défaites en 18 matchs de Ligue 1 cette saison. A la trêve hivernale, le DFCO avait besoin de souffler et de trouver un second souffle. Le président Olivier Delcourt, peut-être trop radicalement, a en tout cas opté pour une nouvelle dynamique, sans ODO.

Alix Berthier
Photo : BeIN Sports (capture d’écran)