Infos-dijon.com > Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

ACADEMIE DE DIJON : 29 établissements scolaires du second degré s’engagent dans un consortium pour favoriser les mobilités européennes

19/10/2018 00:04
«M.A.D.E. in Bourgogne» est lancé… Le rectorat de Dijon et les établissements scolaires engagés veulent mettre le cap sur l’Europe.
Le projet est M.A.D.E. in Bourgogne, pour un développement des mobilités européennes concernant les établissements scolaires du second degré de l’académie de Dijon. MADE, c’est plus explicitement le sigle de «Mobilité de l’académie de Dijon en Europe».
Partant du constat notamment qu’il manque des possibilités de mobilités européennes sur l’académie de Dijon, le Groupement d’intérêt public Formation tout au long de la vie de Bourgogne et la délégation académique aux relations européennes et internationales et à la coopération (DAREIC), sous l’impulsion de la rectrice d’académie Frédérique Alexandre-Bailly, ont lancé un appel aux établissements scolaires du second degré intéressés. C’est alors un consortium de 29 établissements qui est formé.
La journée de mercredi au lycée Les Marcs d’Or à Dijon faisait office de lancement officiel du projet. «Un projet Erasmus très ambitieux. C’est fondamental de développer des coopérations internationales, ici européennes», a souligné Félix Smeyers, directeur du GIP-FTLV de Bourgogne, qui voit comme l’une des finalités au projet une ouverture culturelle des élèves au travers des échanges européens à développer.

170 mobilités ouvertes, une subvention de 221 148 euros


Erasmus, on peut dire que c’est le label puisque le projet de type K1 - «Partir en mobilité» - a été retenu dans l’appel à projets de l'agence Erasmus+.
Avec une évaluation de 87/100, «M.A.D.E. in Bourgogne» a obtenu l’accord pour l'ouverture de 170 mobilités - soit 170 personnels d’établissements pouvant se rendre dans des pays européens de leur choix - avec en prime une subvention de 221 148 euros... Le projet a été retenu pour sa pertinence et la stratégie exposée, sa qualité et son implantation, son impact et la dissémination des informations. Au niveau de l’académie de Dijon, on met l’accent sur un consortium «exceptionnel», dont la taille est inédite dans le domaine évoqué.
La matinée de mercredi visait à s’arrêter plus précisément sur les modalités des mobilités permises, en premier lieu pour les personnels des établissements scolaires et à plus long terme au bénéfice des élèves. C’est le message qu’ont répété Liliane Garreau, responsable du pôle Europe et International au GIP, et Catherine Court-Maurice, directrice de la DAREIC, en posant les objectifs suivants : améliorer la formation des personnels via des observations dans des établissements d’autres cultures, étoffer cette formation, tout en permettant aux personnels de se créer un réseau de contacts européens en vue d’échanges à faire vivre et à pérenniser.

Une contractualisation sur deux ans


Suite à l’évaluation on l’a dit plus que positive rendue par l’agence Erasmus+, celle-ci a signé un contrat avec le GIP-FTLV de Bourgogne stipulant notamment un premier financement à hauteur de 80 % de la subvention fixée ainsi que les conditions des mobilités… Aujourd’hui, le GIP-FTLV est en mesure de proposer aux établissements scolaires concernés des séjours de 5 + 2 jours, soit cinq journées d’échanges et de réflexions dans les pays que les personnels auront choisis, plus deux journées disons bloquées pour les allers et retours.
La contractualisation Erasmus+ est fixée à 24 mois, de septembre 2018 à septembre 2020. «Durant cette période, nous sommes là pour vous accompagner dans cette acculturation des projets européens», a adressé Liliane Garreau à l’assemblée, en ajoutant que la professionnalisation recherchée ici passera aussi par les échanges entre les établissements de l’académie eux-mêmes.

Identifier et partager les thèmes de travail et les destinations


La deuxième partie de la journée était d'ailleurs consacrée à la mise en commun des idées et des thèmes (l’inclusion scolaire par exemple) à définir en vue des séjours de travail en Europe.
Suède, Norvège, Allemagne, Pologne… Les mobilités souhaitées sont notées et partagées afin de mutualiser les coûts et dans le même temps de rendre plus optimale la dynamique. «L’idée est de revenir avec des réseaux et des possibilités d’échanges», a encouragé Liliane Garreau en direction des personnels des établissements scolaires.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier

Les 29 établissements membres du consortium

M.A.D.E. in Bourgogne

- Collège André Malraux, Dijon
- Collège Le Parc, Dijon
- Lycée Simone Weil, Dijon
- Lycée Charles de Gaulle, Dijon
- Rectorat, Académie de Dijon
- Lycée Henri Moisand, Longchamp
- Lycée Prieur de la Côte-d’Or, Auxonne    
- Lycée Anna Judic, Semur-en-Auxois
- EREA Alain Fournier, Beaune
- Lycée Clos Maire, Beaune
- Lycée Stephen Liégeard, Brochon    
- Collège Jean Lacaille, Bligny-sur-Ouche
- Collège Louis Pasteur, Montbard
- Collège Jean Rostand, Quetigny
- Lycée Jean Rostand, Nevers
- Lycée Alain Colas, Nevers    
- Collège Les Loges, Nevers
- Lycée Pierre-Gilles-de-Gennes, Cosne-sur-Loire
- Collège Giroud de Villette, Clamecy
- Lycée Romain Rolland, Clamecy
- Lycée Pierre Bérégovoy, Fourchambault
- Lycée Alexandre Dumaine, Mâcon
- Lycée René Cassin, Mâcon
- Lycée Astier, Paray-le-Monial
- Lycée Vauban-Gambetta, Auxerre
- Lycée Pierre Larousse, Toucy
- Lycée des Chaumes, Avallon
- EREA Jules Verne, Joigny
- Collège Marcel Aymé, Saint-Florentin