Infos-dijon.com > Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

COLINE TOURET : «Je resterai simple, naturelle et dynamique, Miss Bourgogne à 100 %»

18/09/2018 11:07
Toute nouvelle Miss Bourgogne, Coline Touret nous partage son état d’esprit ainsi que son envie inconditionnelle de poursuivre l’aventure.
Dimanche en fin de journée, ce fut donc la grande et belle surprise pour Coline Touret. La jeune femme de 19 ans, ayant terminé 1ère Dauphine au concours de Miss Yonne (le 26 mai à Saint-Denis-lès-Sens), venait d’être élue Miss Bourgogne 2018.
«Au lendemain» de son sacre, elle a encore du mal à réaliser et compte profiter de chaque instant dans cette année bien remplie qui l’attend, tout en se préparant pour le concours de Miss France en fin d’année…
Elle nous livre ses impressions avec enthousiasme et l’envie d’être Miss «à 100 %» !

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier

Vous avez réagi à chaud dimanche… Quel est, au lendemain de votre sacre, votre état d’esprit ?


«Au lendemain de l'élection, je ne m'en rends toujours pas compte, voir l'écharpe sur moi me donne des frissons… Ça y est, je réalise mon rêve. Au fur et à mesure je vais bien finir par arriver à me le dire : je suis bien Miss Bourgogne 2018 !»

Vous ne réalisez pas encore totalement… ?


«Lorsque je parle de dates, de rendez-vous et du voyage de Miss France avec le comité ou mes proches, je n'arrive pas à me dire que, cette année, ce sera moi sur scène.»

Quelles ont été, selon vous, vos qualités qui ont séduit le public puis le jury ce dimanche ?


«J’ai pu parler avec plusieurs personnes du public qui m'ont donné leurs impressions. Selon eux, j'étais dynamique, très souriante et motivée et c'est ce qui leur à plu. Ils ont tout de suite compris que si j'étais présente c'était pour ne rien regretter et donner mon maximum.»

Un Auxerroise titrée… Est-ce une particularité qui ajoute de la saveur à votre sacre ?


«Le fait d'être Auxerroise montre bien que ce n'est pas la fille du département où se déroule l'élection qui gagne obligatoirement, et le fait d'avoir été 1ère dauphine de Miss Yonne et non Miss Yonne montre aussi que tout est possible. Ce ne sont pas seulement les Miss qui ont leur chance. Tout se passe le jour de l'élection, il faut être la plus pétillante. Depuis 2004 (Angélique Viéro), une Icaunaise n'a pas été élue Miss Bourgogne alors oui c'est un honneur de pouvoir représenter moi-même notre belle Bourgogne !»

En 24 heures seulement, avez-vous le sentiment d’avoir une nouvelle notoriété ?


«Depuis l'élection j'ai beaucoup d'appels des radios, journaux, et tous mes réseaux sociaux sont envahis de messages de proches ou d'inconnus qui me félicitent. C'est très touchant. Mais il faut rester les pieds sur terre, toujours garder en tête d'où on vient et surtout rester soi-même.»

Racontez-nous cette belle aventure depuis votre casting dans l’Yonne…


«Depuis le casting j'ai beaucoup appris, ce qui m'a permis d'avoir plus de confiance en moi et donc de pouvoir tout donner sur scène. Lors de l'élection de Miss Yonne 2018, j'ai tout donné, c'est pour cela que je n'étais absolument pas déçue de ne pas avoir le titre de Miss Yonne 2018.
Avec le titre de 1ère dauphine de Miss Yonne j'ai pu participer à de nombreux événements comme la remise des prix au trail de la forêt d'Othe ou encore au château de Chailly. J'ai aussi pu prendre le temps de sauver des vies en donnant mon sang ou de mettre le sourire aux lèvres des enfants en participant à l'Yonne Tour Sport. C'est très agréable de pouvoir échanger nos idées avec différentes personnes.
Et puis après, nous avons le 16 septembre (son élection à Chevigny-Saint-Sauveur). Je pense que rester soit même aide beaucoup. Je n'étais pas stressée avant l'élection car je n'avais rien à perdre, je n'avais aucune certitude d'avoir une écharpe avec les 46 personnes qui sont venues me soutenir (le jury choisit la Miss parmi les 7 filles qui ont eu le plus de voix du public). Et finalement, j'ai eu l'écharpe à laquelle je ne m'attendais pas !»

Quelle importance accordez-vous au fait de représenter la Bourgogne aujourd’hui ? Quels sont ses atouts et autres charmes à valoriser ?


«La Bourgogne est la région dans laquelle je suis née, dans laquelle j'ai grandi et où je suis devenue femme. Il m'est normal d'avoir envie de la représenter. C'est tellement important de parler de sa région, de sa culture, alors pouvoir le faire en participant à Miss France ne peut être que bénéfique.
Il faut valoriser notre gastronomie, nos paysages variés, et notre patrimoine culturel par exemple, avec notre belle Abbaye de Saint-Germain à Auxerre !».

Vous vous attendez à une année de Miss bien remplie, non ?


«Oui, une année bien remplie et fatigante, mais c'est excitant. Les anciennes Miss Bourgogne et Miss France m'ont prévenue que l'année passe très vite et qu'il ne faut louper aucun instant pour ne pas regretter.»

Comment comptez-vous compiler vos nouvelles obligations et vos études ?


«Je suis en train de me renseigner avec mon directeur des études. Nous allons trouver une solution afin que je puisse louper quelques heures de cours sans compromettre mon diplôme. Bien évidemment un diplôme peut se repasser alors qu'une élection à Miss France ce n'est qu'une fois dans une vie. J'ai très vite fait le calcul et pour cette année les Miss passeront avant ma validation de premier semestre. Je veux me donner à 100% dans cette aventure, qui n'est pas donnée à tout le monde.»

Dans quelles études vous-êtes vous lancée et dans quel domaine souhaitez-vous exercer plus tard ?


«J'avais obtenu un bac scientifique avec mention Assez Bien au lycée Joseph Fourier d'Auxerre. Je suis en deuxième année d'un DUT Génie Biologie option Génie de l'Environnement (à l’IUT de Cergy-Pontoise en région parisienne). J’aimerais par la suite intégrer une école d'ingénieurs et me spécialiser dans le réchauffement climatique.»

Quels sont vos hobbies dans la vie de tous les jours ?


«J’aime découvrir, visiter, photographier. C’est pour cela que je vais souvent me promener afin de capter de beaux paysages, ou de beaux monuments.»

Pour en revenir aux concours, les portes de l’élection de Miss France vous sont ouvertes. Quelle est votre approche quant à ce concours, cette fois-ci national ?


«J’aborde le concours de Miss France comme celui de Miss Bourgogne… Je resterai moi-même, simple, naturelle et dynamique… Cette combinaison a été gagnante pour Miss Bourgogne alors je ne me vois pas changer. Le principal c'est de garder de bons souvenirs, et pour cela il faut vivre à fond l'aventure.»

Pour terminer, quelle est votre philosophie par rapport à la réussite en général, et évidemment concernant la vôtre en particulier ?


«Selon moi, la réussite vient en travaillant. Pour cette élection, je vais donc m'y préparer en amont en gardant de bonnes conditions physiques et mentales . Un corps sain dans un esprit sain sera mon équilibre.»