Infos-dijon.com > Dijon > Dijon

DIJON : Dialogue compliqué entre Philippe Martinez et les Gilets Jaunes

15/05/2019 17:42
Une délégation a profité du dévoilement de la plaque en hommage à Gabriel Lejard pour approcher le secrétaire général de la CGT. Lequel a discuté avec eux du bout des lèvres. Une rencontre pourrait avoir lieu.
Les Gilets jaunes et les syndicats, on le sait, c’est un peu «je t’aime, moi non plus» depuis le 17 novembre dernier. La présence, durant une semaine à Dijon, de la CGT à l’occasion de son congrès confédéral, permet d’en avoir une nouvelle illustration.
Ainsi, ce mardi soir, une dizaine de Gilets Jaunes de la région de Dijon sont allés à la rencontre de Philippe Martinez afin d’échanger quelques mots. Ils ont saisi l’occasion du dévoilement, par François Rebsamen et le secrétaire général de la CGT, d’une plaque en hommage à Gabriel Lejard, Dijonnais déporté d’Auschwitz en 1942. Un choix mal perçu et jugé «indécent» par certains participants.

Pour autant, il faut reconnaître que si le moment était mal choisi, les Gilets jaunes n’ont pas perturbé la cérémonie, et ne se sont manifesté autrement qu’en revêtant leur célèbre tunique. Pas de scandale donc. Le ton n’est pas monté, mais on sentait la gène chez les organisateurs, comme l’illustre cette cigarette allumée fébrilement par Philippe Martinez en se résignant à aller à leur rencontre.

«Dans certains endroits, les syndicats ne sont pas les bienvenus»


La discussion a duré quelques minutes, sur une butte, et nous n’avons pu en entendre les termes exacts. Reste qu’interrogés ensuite, le patron de la CGT et les Gilets Jaunes n’en font pas le même compte-rendu : Philippe Martinez sait le sujet sensible, et insiste immédiatement sur le fait que «la discussion s’est bien passée, dans un bon esprit». «Les Gilets Jaunes espèrent un rapprochement, une convergence des luttes, mais je suis obligé de leur dire que le mouvement est tellement disparate qu’il faut traiter au cas par cas. Dans certains endroits, les syndicats ne sont pas les bienvenus chez les Gilets Jaunes, et dans d’autres, ils sont réclamés».

Jérôme Gaillard, pour les Gilets jaunes présents, explique pour sa part que la volonté des manifestants était de pouvoir prendre la parole durant le congrès de la CGT, qui se termine vendredi. «Ce n’est pas prévu» leur a répondu Philippe Martinez. Jérôme Gaillard poursuit : «il nous a proposé de venir le rencontrer mais pas de prendre la parole devant les congressistes. Je ne sais pas si la rencontre va pouvoir se faire, il n’y a pas eu de date de fixée».
Le temps de le dire, et Philippe Martinez avait filé, laissant planer un doute sur sa volonté réelle de recevoir une délégation.
Nicolas Richoffer
Photos N.R.