Infos-dijon.com > Faits-Divers > En Côte-d'Or

MEURTRE RUE DES VALENDONS A DIJON : Trois personnes mises en examen pour meurtre en bande organisée

18/12/2018 16:07
L'auteur présumé et ses deux complices sont aux mains de la justice, mais de nombreuses zones d'ombres subsistent. L'enquête se poursuit. Le procureur et le directeur interrégional de la police judiciaire sont revenus sur les faits au cours d'une conférence de presse.

Dans le cadre de l'enquête ouverte à la suite du meurtre commis le 13 décembre dernier boulevard des Valendons à Dijon, le procureur de la République de Dijon, Eric Mathais, a tenu ce mardi une conférence de presse en présence du directeur interrégional de la police judiciaire, Paul Montmartin, et de Claire Martineau, vice-procureur qui a instruit l'enquête durant le week-end.

Les faits :


Le 13 décembre, à 17h45 un homme a été la cible de trois coups de feux sur la voie publique, rue des Valendons à Dijon. Les auteurs présumés ont pris la fuite à bord de leur véhicule, une Renault Clio volée et ornée de fausses plaques d'immatriculation.
A la suite de l'enquête de flagrance, il semble que deux auteurs présumés se trouvaient à bord de cette Clio. «Ils ont reculé et percuté volontairement la Citroen C3 occupée par la victime et sa soeur» raconte le procureur de la République. «La victime est alors sortie avec une batte de baseball et a frappé le pare-brise de la Clio. C'est à ce moment que le premier coup de feu a été tiré. Puis la Clio a fait demi-tour et deux nouveaux coups de feu ont été tirés. La victime a alors été touchée de deux balles et la Clio a pris la fuite. Elle a été retrouvée accidentée plus tard entre Velars-sur-Ouche et Fleurey-sur-Ouche.

Compte tenu des circonstances, une enquête a immédiatement été confiée à la Police Judiciaire. «C'est une enquête criminelle, avec des moyens importants, et gros travail de la PJ, qui a eu de nombreux témoins à entendre», ainsi que la téléphonie et la vidéo a observer.
Paul Montmartin précise que «l'enquête continue» : «une vingtaine d'enquêteurs ont été dépêchés sur le terrain pour figer immédiatement la scène de crime et retrouver traces et indices».

Les mis en cause :


La victime est un homme de 30 ans, père d'un enfant, habitant Dijon, «un peu connu de la justice».

Ce mardi, trois personnes étaient présentées à un juge :
- Le tireur présumé (qui semble être aussi le conducteur de la Clio), un homme de 20 ans.

- Le passager, qui s'est présenté de lui même en se sachant recherché, samedi 15 décembre au commissariat de Metz à 0h25. Il a 19 ans, n'a pas de casier judiciaire mais est sous contrôle judiciaire pour trafic de stupéfiants.

- Le 3e homme s'est présenté le premier au commissariat de Dijon le samedi 15 à 14 heures. Il a 30 ans et n'a pas de casier judicaire.
Le tireur présumé n'avait toujours pas été interpellé au moment où ce «3e homme» s'est rendu.

Un mandat de recherche a donc été délivré, afin de lancer des recherches dans toute la France. L'auteur présumé des coups de feu s'est finalement présenté au commissariat de Beaune le dimanche soir à 23h10.

Tous ont été placés en garde-à-vue pour «meurtre en bande organisée», notamment du fait du vol de voiture préalable et de la pose de fausses plaques d'immatriculation.
Ce mardi, l'arme n'avait toujours pas été retrouvée. Il s'agit d'une arme de poing de calibre 9 mm.

Le contexte :


«Ce qu'on peut dire avec une certaine prudence, c'est que depuis plusieurs mois, il y avait un contexte de règlement de compte entre les trois personnes mises en causes et des membres de la familles de la victime» précise le procureur, «avec notamment des véhicules dégradés».
Durant sa garde-à-vue, le tireur présumé a gardé le silence. Le passager donne quant à lui des explications «qui nous semblent incohérentes avec les éléments du dossier» ajoute Eric Mathais.
Le 3e homme dit pour sa part n'avoir rien à voir avec le déroulement des faits mais reconnait avoir été en contact avec les deux autres individus durant leur fuite et leur être venu en aide. Il leur aurait notamment apporté un bidon d'essence sur le lieu de l'accident, dans le but d'incendier la Clio. Mais pour des raisons inconnues, ils n'y sont pas parvenu. Il s'agit sans doute là d'une des raisons pour lesquelles ils se sont finalement rendus, sachant que les enquêteurs allaient finir par retrouver leur trace.

Ces trois personnes ont été mises en examen pour «meurtre en bande organisée, chef d'inculpation pour lequel ils encourent la prison à perpétuité. En plus, le 3e homme a été mis en examen pour soustraction de criminel à l'arrestation et aux recherches. Il encourt trois ans de prison pour cela.

Avant de répondre aux questions des journalistes, le procureur a remercié les services de police et le parquet pour leur travail et leur forte mobilisation, qui a permis de procéder à l'interpellation des individus dans un temps très rapide.
Nicolas Richoffer
Photos N.R.