Infos-dijon.com > ELECTIONS > ELECTIONS LEGISLATIVES

LEGISLATIVES : «Il n'y a pas d'écologie sans élus écologistes» pour Yannick Jadot

05/06/2017 20:27
L'ancien candidat d'Europe-Ecologie-Les Verts à l'élection présidentielle, finalement rallié à Benoît Hamon, était à Dijon ce lundi pour soutenir les candidats EELV aux législatives.
Le leader national d'Europe-Ecologie Les Verts dans ces campagnes électorales de 2017 est venu à la rencontre des candidats écologistes ce lundi, à l'occasion d'un pique-nique au square des Ducs. «Il sait qu'il a été beaucoup soutenu ici, en Côte-d'Or» explique Olivier Muller, candidat dans la 1ère circonscription. «Il a été soutenu durant sa campagne et lorsqu'il a fait le choix du ralliement à Benoît Hamon. Il fait le tour de France pour soutenir les candidats donc il est venu ici pour marquer le coup. En tant que député européen, c'est quelqu'un qui a fait un travail formidable en plus d'être une personne simple. Il nous fait part de son expérience de la campagne et nous aide à transformer la dynamique écologique, ou à rebondir après le manque de dynamique de la candidature Hamon».

«Seuls les écologistes tiennent bons face aux lobbys»


De fait, Yannick Jadot se retrousse les manches dans cette campagne. Ce lundi, auprès des candidats Côte-d'Oriens, il est venu «faire passer un message», explique-t-il à Infos-Dijon. «Le message, c'est qu'il n'y a pas d'écologie sans élus écologistes. Les autres partis en parlent mais pour eux, l'écologie s'arrête là où commencent les intérêts des lobbys. Que ce soit pour l'automobile, le pétrole, les pesticides, etc… l'histoire montre que seuls les écologistes tiennent bons face aux lobbys».
Pour lui, «les lobbys sont d'ailleurs parfaitement représentés dans le gouvernement Macron. Le nucléaire avec le premier ministre, la FNSEA avec Bruno le maire et Jean-Yves Le Drian…». Mais alors, Nicolas Hulot réussira-t-il, au sein de ce gouvernement, ce qui semble être perdu d'avance aux yeux d'EELV ? «Nicolas Hulot y va avec sa force, et il doit avoir un maximum de relais pour ne pas fléchir. Et puis, l'urgence environnementale est telle qu'on ne peut pas baisser les bras en se disant qu'on attendra cinq ans de plus pour voir ce qu'on pourra faire. Nicolas Hulot, c'est une promesse, pas une garantie. Sur Notre-Dame des Landes, sur la sortie des pesticides, sur le nucléaire… Il doit être soutenu au parlement».

«Nous refusons de nous soumettre à la France Insoumise»


Mais aujourd'hui, n'est-il pas compliqué pour les candidats EELV aux législatives de trouver leur place dans l'offre pléthorique, surtout après l'effacement de leur candidat au profit de Benoît Hamon ? «Ce n'est pas simple, mais la plateforme commune portée par Benoît Hamon montre que les idées écologistes sont fortes à gauche. Cela dit beaucoup de la validité et de la pertinence de nos idées».
Pourtant, ces idées, ce programme de transition écologique, a largement été porté par la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon durant la présidentielle. EELV n'a-t-il pas perdu le leadership en la matière ? Pas selon Yannick Jadot : «Certes, Mélenchon a porté la force de ces idées, mais aujourd'hui, il brutalise trop le débat. Ce n'est pas l'attitude des écologistes, qui ont toujours su créer du compromis politique. Et puis, quoi qu'il en dise, Mélenchon est dans une position de défiance absolue au sujet de l'Europe. Ce n'est pas notre vision des choses et nous refusons de nous soumettre à la France Insoumise».
Ce sont les angles d'attaque que Yannick Jadot est donc venu porter auprès de ses candidats, à moins d'une semaine du premier tour des élections législatives.
Nicolas Richoffer