Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté
06/01/2021 15:27

BIODIVERSITÉ : Plus de cent refuges pour les chauves-souris en Bourgogne

La Société d’histoire naturelle d’Autun-Observatoire de la Faune de Bourgogne mène l’opération «Refuge pour les chauves-souris» pour lutter contre le déclin de ces mammifères volants.

Plus de 100 Refuges pour les chauves-souris en Bourgogne

Grâce aux actions de la SHNA-OFAB, de plus en plus de propriétaires bourguignons, privés et publics, s’engagent pour la préservation des chauves-souris ; des animaux discrets et utiles mais aussi rares, fragiles et menacés !

L’opération « Refuge pour les chauves-souris », une initiative nationale coordonnée par la SHNA-OFAB en Bourgogne

La Bourgogne abrite 25 des 35 espèces de chauves-souris françaises ! Ces mammifères volant trouvent, en Bourgogne, des milieux favorables à la chasse et une diversité de gîtes (cavités, forêts, habitations) utilisés tout au long de l’année (hibernation, mise bas, estivage, reproduction, repos nocturne).

Toutefois, la plupart des espèces de chauves-souris sont en déclin. De multiples facteurs en sont la cause : disparition des habitats, utilisation de produits chimiques, raréfaction des proies, problèmes de cohabitation, diminution de l’élevage, modification des pratiques sylvicoles, augmentation des réseaux de transports...

Pour protéger ces animaux fascinants, la Société française pour l’étude et la protection des mammifères (SFEPM) mène à l’échelle nationale l’opération « Refuge pour les chauves-souris ». La SHNA-OFAB en est le relais en Bourgogne.
Cette opération est une campagne de conservation des gîtes et des milieux de chasse des chauves-souris. Elle s’adresse aux propriétaires privés comme publics qui respectent certaines préconisations garantissant la tranquillité des animaux.

Les refuges chauves-souris signés en 2020 en Bourgogne Au cours de cette année, 23 conventions ont été signées ! Le nombre de refuges pour les chauves-souris bourguignons est ainsi de 116.

Comme l’illustre la carte ci-dessous, les refuges sont présents sur tout le territoire, 20 conventions ont été signées dans l’Yonne, 17 dans la Nièvre, 57 en Côte-d’Or et 20 en Saône-et-Loire (plus d’informations sur la page « Refuges pour les chauves-souris du site de la SHNA-OFAB).

Des exemples de refuges pour les chauves-souris signés en 2020

Commune de Ligny le Châtel (89)
Les combles de l’ancienne école abritent une grande colonie de mise bas de Grand murin (plus de 570 individus). Il s’agit d’un enjeu d'ordre régional !

Particulier – Crécey-sur-Tille (21)
Cette année, une colonie de Murins à oreilles échancrées a été découverte. Elle comporte plus de 230 individus, dont des adultes et des jeunes.

Commune de La Nocle-Maulaix (58)
Une colonie de mise bas de Grand murin, avec 480 individus, s’est installée depuis plusieurs années dans un local,  renommé « Le local à chauves-souris », sous la mairie.

Présentation de la structure

La Société d’histoire naturelle d’Autun-Observatoire de la faune de Bourgogne (SHNA-OFAB), association reconnue d’utilité publique et agréée au titre de la protection de l’environnement, est une société savante créée en 1886. Elle œuvre pour l’étude et la préservation de la biodiversité en Bourgogne. Avec son programme l’Observatoire de la Faune de Bourgogne (OFAB), lancé il y a 20 ans, l’association s’intéresse plus particulièrement aux espèces animales sauvages. Les salariés, des scientifiques et experts, réalisent des inventaires, des suivis de populations, des études, des publications, des actions de sensibilisation, notamment avec l’aide de bénévoles. La finalité de ces actions est une meilleure connaissance des espèces et une meilleure prise en compte de celles-ci dans les politiques en matière d’environnement et de biodiversité. Pour en savoir plus, consultez notre site internet et suivez-nous sur Facebook !

Financeurs

Cette opération est réalisée grâce au soutien des conseils départementaux de l’Yonne, de la Nièvre et de la Côte-d’Or.

Communiqué