Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté
02/12/2021 13:23

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : L’Assurance Maladie et le Crous s’engagent pour l’accès à la santé des étudiants

Les deux organisations ont signé une convention de partenariat le 26 novembre. L’information en santé des étudiants ainsi que l’aide à ceux en difficultés sont les axes majeurs de ce partenariat.

Vie étudiante - Santé

L’Assurance Maladie et le Crous s’engagent pour la santé des étudiants

en Bourgogne-Franche-Comté


Les 8 caisses primaires d’Assurance Maladie et le Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous) Bourgogne-Franche-Comté ont signé le 26 novembre une convention de partenariat afin d’accompagner les étudiants de la région dans leurs démarches d’accès à la santé et de prévention.

Cette signature s’est déroulée à Dijon dans les locaux de la CPAM de Côte-d’Or, en présence des directeurs de chaque CPAM de la région et de la directrice générale du Crous Bourgogne Franche-Comté.


Elle traduit les engagements réciproques de l’Assurance Maladie et du Crous pour favoriser l’accès aux droits des étudiants, y compris des étudiants internationaux, agir sur les difficultés d’accès aux soins ou le renoncement aux soins et renforcer l’information et l’accompagnement en santé des étudiants.

La santé des étudiants comme préoccupation partagée

Selon l’Observatoire national de la vie étudiante – Repères 2020, les étudiants ont une représentation de leur état de santé qui est positive dans l’ensemble. Mais ce jugement varie selon l’âge, le sexe, la nationalité ou la profession des parents. Les étudiantes, les étudiants internationaux et les étudiants d’origine sociale modeste se déclarent proportionnellement moins souvent en bonne ou très bonne santé.

Un tiers des étudiants déclare avoir renoncé au moins une fois à des examens ou soins médicaux au cours des 12 derniers mois pour des raisons financières (17 % ont renoncé à voir un spécialiste, 16 % un médecin généraliste ou un dentiste et 11 % des étudiantes un gynécologue). Quel que soit le type de soins, les jeunes femmes y renoncent plus souvent que les jeunes hommes et les raisons financières ne sont pas les seules évoquées (comme le manque de temps ou l’attente trop longue pour obtenir un rendez-vous). Il faut aussi rappeler que près d’un étudiant sur trois (31 %) a présenté les signes d’une détresse psychologique durant le confinement en 2020.

Pour toutes ces raisons, la santé des étudiants est un enjeu de santé publique partagé.

Renforcer l’information en santé de tous les étudiants

L’Assurance Maladie et le Crous s’engagent à renforcer et développer l’information en santé des étudiants, en leur délivrant des conseils sur le système de santé, les bons réflexes à adopter (créer un compte ameli, etc.) ou en leur proposant des actions de prévention dédiées aux jeunes. Des campagnes et messages seront ainsi régulièrement diffusés sur les médias des partenaires ou lors d’événements sur les campus dans le cadre de la vie étudiante.

Le Bureau d’accueil multiservices (BAM), mis en œuvre par le Crous sur les sites universitaires de la région, est un outil au service de cette démarche. Il regroupe, en un guichet unique, l'ensemble des organismes et institutions du territoire auprès desquels les étudiants doivent réaliser des formalités en début d'année universitaire. Ce dispositif, temporaire et fonctionnant sur un mode de communication « pairs à pairs », permet aux étudiants d’effectuer des démarches directement auprès de différents organismes dont la CPAM et offre un accompagnement spécifique aux étudiants internationaux.

Aider les étudiants qui en ont besoin

Le service social du Crous Bourgogne-Franche- Comté est mobilisé pour faire face aux difficultés psychologiques et financières d’accompagnement global des étudiants. Plusieurs niveaux de difficultés tels que l’accès aux droits, l’absence de ressources liées aux pertes d’emplois étudiants, la solitude et le décrochage sont régulièrement identifiés par ce service.

Le service social du Crous est pour les étudiants un interlocuteur essentiel qui agit de concert avec les partenaires territoriaux comme les CPAM. Ainsi, les étudiants en difficulté et qui ont besoin d’accompagnement – pour trouver un médecin traitant ou pour faire une démarche de santé par exemple – peuvent être orientés directement vers un conseiller accompagnement santé de leur CPAM par le Crous.

Certains collaborateurs du Crous (agents d’accueil, animateurs en résidence, service social, etc.) seront, pour ce faire, formés par les CPAM de la région afin de pouvoir palier au renoncement aux soins des étudiants et les informer dans une démarche facilitante et de proximité. Des circuits d’échanges spécifiques et sécurisés permettront aux équipes du Crous et des CPAM d’échanger et de collaborer sur la gestion de situations particulières.

A noter que les étudiants internationaux, identifiés comme un public en grande difficulté tant sur le plan des études que sur le plan matériel, sont ainsi accompagnés dans leur démarche spécifique d’inscription auprès de l’Assurance Maladie lors de leur arrivée en France.

Une évidence réaffirmée avec la crise sanitaire

Depuis 2019 et la reprise du régime spécial de Sécurité sociale étudiante par le régime général, l’Assurance Maladie a mis en place une stratégie d’accompagnement santé spécifique aux jeunes.

De son côté, le Crous Bourgogne-Franche-Comté, opérateur de la vie étudiante de l’Etat, mène des actions visant à améliorer les conditions de vie et d’études des étudiants, à favoriser leur épanouissement et à faciliter leur parcours vers l’autonomie et l’emploi. Il assure ses missions de service public aux côtés de tous les étudiants de la région dans une dynamique forte de maillage du territoire.

Au-delà des actions menées dans le cadre de la vie des campus, il a ainsi renforcé son soutien aux étudiants tout au long de la crise sanitaire en les accompagnant par un suivi de proximité et des actions menées avec les partenaires (CPAM, ARS, services de santé des universités, etc.) autour notamment de la prévention et réduction des risques en santé et de la santé mentale.

La signature de cette convention à l’échelle régionale officialise la collaboration entre les CPAM et le Crous Bourgogne-Franche-Comté, le partage de leurs expertises permettant de répondre aux besoins spécifiques des étudiants, démarche très largement éprouvée notamment lors de la crise sanitaire.

Quelques chiffres en Bourgogne-Franche-Comté

En Bourgogne-Franche-Comté : près de 86 000 étudiants répartis dans 212 établissements d’enseignement supérieur (données à juin 2021), dont :

Crous Bourgogne-Franche-Comté (données du 01/09/2021au 31/10/2021) :
- 6 660 logements répartis dans 59 pavillons et résidences universitaires.
- 521 765 passages en Resto U’ et Cafet’ Crous, dont 190 381 repas au tarif social de 1 €.
- 23 823 étudiants boursiers.
- 847 étudiants reçus par les assistants de service social du Crous, pour un total de 1 548 entretiens.

Université de Bourgogne (données au 15/01/2021) :
- 34 976 étudiants, dont 2 898 étudiants internationaux.
- 28 % d’étudiants boursiers sur critères sociaux.
- 6 sites : Auxerre, Chalon-sur-Saône, Dijon, Le Creusot, Macon, Nevers.

Université de Franche-Comté (données au 15/01/2021) :
- 24 172 étudiants, dont près de 6 000 étudiants internationaux.
- 27 % d’étudiants boursiers sur critères sociaux.
- 5 sites : Belfort, Besançon, Lons-le-Saunier, Montbéliard, Vesoul.

Université de technologie de Belfort-Montbéliard (données pour l’année 2021-2022) :
- 2 786 étudiants, dont 637 étudiants internationaux.
- 21 % d’étudiants boursiers sur critères sociaux.

En Côte-d’Or et dans le Territoire de Belfort, déjà plus de 1 400 étudiants sensibilisés dans les Resto U’

La collaboration entre l’Assurance Maladie et le Crous a déjà produit ses premiers effets en Côte- d’Or et dans le Territoire de Belfort :

- De septembre à mi-novembre, selon le territoire, des conseillers de la CPAM ont mené des actions de sensibilisation dans les restaurants et résidences universitaires de Dijon et Belfort auprès des étudiants. Ils ont ainsi pu être accompagnés sur l’offre de service étudiante des CPAM, et de nombreux comptes ameli ont pu être créés.

- Par ailleurs, les personnels du Crous (services civiques et agents d’accueil) ont été formés aux bons réflexes « assurance maladie » pour les relayer auprès des étudiants lors de leurs démarches d’inscription. Ces formations se poursuivront également en 2022.

En Saône-et-Loire, les étudiants boursiers peuvent bénéficier d’une aide à la mutuelle

Les étudiants boursiers, âgés de 16 à 28 ans, peuvent solliciter une aide financière auprès de la CPAM de Saône-et-Loire pour payer leur mutuelle santé. Les conditions d’attribution sont précisées sur ameli.fr.

En Haute-Saône, déjà 120 étudiants sensibilisés lors de la journée d’intégration organisée à Vesoul.

Communiqué




Infos-dijon.com - Mentions légales